lundi 30 avril 2012

Correspondance scolaire

Ce soir Petit Poi(d)s rentre de l'école avec une mission pour ses parents, écrite noir sur blanc, sur son carnet de correspondance :

" Votre enfant doit apporter 4 photos de lui qui retracent les premières étapes de sa vie "

Rude. Ses parents, c'est son parent. A tout juste 4 ans, elles ne sont pas toutes très tendres, les étapes de sa vie. Allez, le plongeon dans les archives familiales, c'est maintenant,  pour en ressortir du juste, du vrai, du beau aussi... et à moi le défilé de toutes ces photos, des dizaines, des centaines, qui jalonnent notre vie d'avant, quand on était deux, puis trois, puis quatre, puis trois. Ruissellent les yeux qui mangent ce vécu. Boulémie d'images. Anoréxie. 4, elles sont choisies.

dimanche 29 avril 2012

Fan du Loup, mais pas n'importe lequel...

Nous on est fan du Loup, mais pas n'importe lequel : celui qui voulait changer de couleur. Alors dès que le coffret est ressorti, hop, hop, hop, on s'est rué dessus, et on vous le conseille large large !

Dans le coffret, il y a deux livres, Le Loup qui voulait changer de couleur et Le loup qui cherchait une amoureuse, puis le Loup (tout court) mais en peluche. Le Loup doudou ? wouuuuuh ! Doux, le Loup, pas garou ! Mais à coup sûr, il fait le petit plus pour passer le pas du coffret (surtout que nous maintenant on a un livre en double).
Le Loup tout noir et gris d'Orianne Lallemand et d'Eléonore Thuillier, c'est un loup au coeur tendre, aux dents blanches en triangle, aux grands yeux oval, aux fines moustaches mais au nez et aux petites oreilles pointus. Il a la queue en panache - ou à peu près - et du panache il n'en manque pas. Sauf quand il ne se trouve pas trés beau, trop triste dans sa robe noire éclat. C'est là qu'il décide de changer, il teste, il essaye. Mais de vert à rouge, rose ou orange, rien ne l'arrange. Peut-être le muticolore, alors ? Peut-être. Ou peut-être pas... vous le verrez bien, vous, si vous le lisez, si vous le dévorez, si vous l'achetez, si vous le conservez, le relisez, et le doublez. Comme nous. Essayez, c'est presque assuré !

 Le loup qui voulait changer de couleur,
d'Orianne Lallemand et d'Eléonore Thuillier - Editions Auzou - couverture souple - 5,95 euros


Le coffretcomprenant deux livres et la peluche, aux éditions Auzou (19 euros)

vendredi 27 avril 2012

Qui a appuyé sur le bouton...

... chute du Niagara ?

Moi. La radio. Une musique. Et bim, sans y penser, en souriant aussi, en même temps. Puis en souffrant. Puis en regardant dans le vide ou dans sa tête plutôt, toutes ces images qui reviennent. On les laisse faire d'abord. Puis on essaye d'appuyer sur le stop, parce que là maintenant tout de suite, c'est pas possible de s'effondrer. C'est fou comme la musique va chercher l'émotion, là où vous l'aviez enfouie, par surprise. Une surprise vive et intense, de celle qui vous saisit dont vous ne pouvez vous défaire simplement. De ce qui vous retourne, totalement... et vous laisse coi.

jeudi 26 avril 2012

Okimdam, il lui manque une case...

Quel est ce drôle d'oiseau (rouge) qui ne rentre pas dans les cases. Son plumage, ses pattes, son chant (de casserole), rien ne va, pas de norme, pas de case. Montré du doigt, mis de côté (par la société), comme les vagabonds et les originaux... drôle d'oiseau, drôle de livre qui pointe - pour les tout-petits - la société là où elle fait mal, parfois... heureusement, finalement, il n'est pas seul. Un petit goût de liberté, une quête d'égalité, et ultime page, la fraternité ! Qui a dit qu'on ne faisait pas de politique avec les enfants ?

Okimdam de Géraldine Collet et Jessica Lisse, éditions Thierry Magnier - Mars 2012 - 12,80 euros.

mercredi 25 avril 2012

Au chocolat, parce que c'est toi !

La recette faite et refaite pour l'anniversaire du Petit Poi(d)s, je vous la donne... C'est ma mienne, testée, adaptée, approuvée... idéale pour faire bien et vite, pour faire avec les petites mains, aussi !
D'ailleurs on commence par enfiler les tabliers, préparer tous les éléments à portée et mettre le four à préchauffer...

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Préparation 30 minutes - cuisson idem enfin à peu près, vous savez que je fais tout à l'oeil et à la papille ...

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
100 g de beurre
une tablette de chocolat pâtissier (de qualité s'iou pl'aît!)
80 g de sucre
60 g de farine
60 g de poudre d'amande
3 oeufs
(on peut ajouter noix ou noisettes - elles ne sont pas dans ma recette pour tout-petits, voilà c'est dit!
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Par contre, dans la recette de Drawoua, c'est marqué
"Y a le droit de goûter à la farine..."

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Au bain marie, on fait fondre chocolat et beurre (maman pressée maman serrée le fait au micro-ondes, bien sûr !)

Dans le saladier, hop hop hop, on mélange TOUT !
- Farine, poudre et sucre
- on ajoute les oeufs un à un
- vient ensuite le moment du chocolat au beurre fondu - allez petites mains à cuillère en bois, on touille !
- et hop dans un moule beurré ou tapissé de papier
et zou au four ( 180 °C) pendant une demie heure maxi et à vous le rangement et la vaisselle !
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Le résultat est plutôt pas mal, il faudra juste laisser refroidir avant de passer à l'attaque ! 


lundi 23 avril 2012

"Les" Tullet...

... du nom de leur auteur, Hervé Tullet, il ne vous en faut pas un, il vous les faut tous ou à peu près.

 Pourquoi ? Parce que drôles, simples, ludiques, interactifs, créatifs, succès assuré, on les relit, et re re re : on en redemande, on rigole, on revisite le livre et le livre comme objet aussi ( >>>> lisez pourqouoi pas Un livre en passant par là), on apprend, on compte, on joue... Ils ont tout !

Les bonnes pioches, les Turlutu, bien sûr. Turlututu est professeur de magie. Il va vous en faire voir de toutes les couleurs, à condition que vous soyez lecteur-acteur...



On ne vous en dit pas plus mais ce lien ci pour un petit goût d'un "des", par l'auteur lui-même pourra vous donner l'eau à la bouche :
Jeu du Cirque aux éditions Panama ici



Chez Seuil Jeunesse et Bayard, entre autres, retrouvez "Les" Tullet pour les enfants à partir de 3 ans.

dimanche 22 avril 2012

"Quand j'étais petite...


... et que j'étais dans le ventre de mon Papa...",
 incipit du Roman de Grenouille.
Pensées volées de la Maman Baobab qui écoute attentivement le discours sur l'origine :

- Effectivement tu es si grande. 32 mois, l'âge où on compte encore un tout petit peu en mois, enfin presque plus. Comme 32 ans, son âge, "la fleur de" disent les plus vieux, quand il nous a quittés.

- Envisager d'urgence de raconter ces histoires de miel, d'abeilles et de bouteilles de lait. Avoir recours à des livres qui traitent du sujet.

- Montrer la baleine que j'étais quand la Grenouille était dans mon ventre à moi. Sa poupée à lui. Imprimer des photos. C'est pas faute d'en manquer. Arg #Aire du numérique.

- Te raconter nous 4 quand tu es arrivée. Son sourire béat et enfin serein. Bonheur, bonheur, c'était toi ! 

samedi 21 avril 2012

Un air de gaîté pour les petites oreilles

Un livre CD de comptines faites pour rigoler, le mange-disque mange le disque quand la Grenouille écoute, chante et mime. Ces airs là, il y en a 16, des grands classiques comme La petite bête qui monte, aux moins connus mais pas moins rigolos - La course à la chatouille - et puis il y a faire pipi sur le gazon qui à l'heure de l'apprentissage de la propreté devient incontournable. A écouter, à chanter, à regarder, de quoi rigoler, c'est assuré et recomandé !


Comptines pour rigoler, Gilles Diederichs, Deborah Pinto, , éditions Nathan, 13,50 euros.

vendredi 20 avril 2012

Les petites pensées du jour...

... migrent vers la Martinique où se sont échappés les grands-parents maternels qui font bien bien bien de prendre de la distance avec leur parentalité et leur grand-parentalité. Ou la théorie du parent du parent...
Happy bougie, MamieMa !

jeudi 19 avril 2012

En mode soloparentalité...

... l'enfant même très jeune devient très protecteur des siens, du sien... de la sienne :

- Grenouille, 2 ans et demi : "Tu es fatiguée Maman ? T'inquiète pas je vais surveiller mon grand frère" [NDLR - de 4ans!]


- Petit Poid(s), le grand frère, un soir un peu tard  : " tu regardes la télé toute seule Maman ? Attends, ze reviens, ze vais te prêter ma couronne pour que tu sois belle devant la télé !" - Une idée à laquelle vous n'aviez pas pensée, mais que vous adoptez directement devant Docteur House ou Top Chef. Et tout de suite, ça va beaucoup mieux !

mercredi 18 avril 2012

Mais quelle nouille !

" -  Vous voulez manger quoi ce soir ?
- Des pââââââaââtes ! ".

A l'unanimité. Autant dire que votre mission si vous l'acceptez, va être de chercher vous-même variété, diversité, originalité...
Besoin d'un coup de pouce ? Vous pourrez le trouver dans votre poche (enfin, c'est le format qui veut ça) et surtout dans le dernier né de la collection Mini Larousse : Coquillettes & Compagnie, d' Alexia Janny et Pierre Chivoret.

25 recettes simples mais incontournables pour visiter, revisiter et épater  votre tablée familiale ! Le petit goût de reviens-y qui se dégage des photos  - de celui qui se rapproche des souvenirs de notre enfance - nous met quand même la puce à l'oreille : attention à ne pas s'empâter, hé, mais ça c'est pas gagné !

Coquillettes et Compagnie d' Alexia Janny et Pierre Chivoret, Editions Larousse, collection Les Minis, avril 2012 - 3,50 euros. Dans la même collection >>>> Kiri et Babybel - Carambar et Michoko - Ketchup >>>>

mardi 17 avril 2012

4 ans, Petit Poi(d)s !

Avril, avril, la grosse grosse série d'anniversaires, les tristes, les joyeux, les un peu des deux forcément. Un an de plus, notre Petit Poi(d)s, une grosse année de plus, une année sans Papa, une rentrée à l'école, des progrès de bottes de sept lieues, des souvenirs d'hier, des regards sur demain. Je suis fière de toi, de ton courage du haut de tes trois pommes, je me délecte de ton naturel, au galop ; je sais comment tu en parles et comment tu y penses, j'aime entendre tes souvenirs ; j'aime t'écouter, discrètement, donner des leçons de vie à ta petite soeur, ma Poupée, notre Poupée sans souvenirs propres de son Papa. A six mois près. Tes questions me percent, ta justesse m'émeut, entre poésie et philosophie, entre colère et injustice. Tu es sur la bonne voie, la mienne, tu m'en confortes. Love love. Ta Maman Baobab qui t'aime et qui porte pour toi, un peu, ton Papa.

lundi 16 avril 2012

Quand les petits trous du planning...

... sont remplis par les amis, ceux qui tiennent sur les doigts de la main, vous savez ;
... Quand les gros trous du planning de garde... sont remplis grâce à la solidarité familiale,

on a juste envie de leur dire un gros merci !

samedi 14 avril 2012

Les p'tits Dolto, bouts de psycho et gros mots

On les appelle les P'tits Dolto, comme ça, dans l'usage, ils sont issus de la collection Mine de Rien, Giboulées, Gallimard Jeunesse et sont de vraies mines d'or, visuellement revisitéEs depuis peu.

Comme de ce côté-ci de La Maison Rouge on entend parfois des mots beaucoup trop gros pour de si fines bouches, on s'est attaqué à la lecture des Gros Mots de Catherine Dolto. Pas de remède miracle, mais un texte simple et clair qui explique ce que sont les gros mots, tout en permettant au lecteur à haute voix d'en prononcer à chaque page, pour l'hilarité générale. Rassurez-vous, on s'en tiendra à des "Caca boudin", "Caca mou", "Prout", et autre "gros babouin" et "crème d'andouille"... mais qu'est-ce que c'est rigolo, ces gros mots !

Les Gros mots de Catherine Dolto, éditions Gallimard Jeunesse, Giboulées / MIne de Rien, 2011

vendredi 13 avril 2012

Museau !

Museau, silence, temps calme, let's dance, be cool... les enfants sont chez leurs grands-parents paternels. Zen @ home. Voilà le seul avantage, mais je prends... Note pour moi-même et d'autres soloparents qui débarqueraient sur Baobab : poser un jour de congé rien que pour soi, la prochaine fois. Out of work, ça peut être pas mal aussi. Et sans culpabiliser, c'est promis.

jeudi 12 avril 2012

12-04-12

A 25 ans, seule et toute guillerette, on est "catherinette".
A 35 ans, quand on est seule, veuve, on naît quoi ? Je ne sais pas.
Mais on se dit qu'heureusement, heureusement, on a la chance de se noyer dans les yeux de ses enfants. De les respirer, de les câliner, de les faire grandir, de les aimer fort fort, de les rouspéter, fort fort aussi parfois, d'en raler, tiens pourquoi pas... Mais ils sont tellement tout. Que tout est dit.

mercredi 11 avril 2012

Pourquoi ma grand-mère...

 ...tricote des histoires ?

A l’occasion de la dernière édition du Printemps des poètes, Célia Galice et Emmanuelle Leroyer proposent cet ouvrage original, anthologie de poèmes d’hier et d’aujourd’hui, sur les thèmes de la famille et de la transmission : hérédité, partage entre générations, mais aussi émotions, thèmes légers ou plus graves, la vie, la mort… sous la plume de grandes signatures, d’Hugo à Andrée Chedid, en passant par Prévert, Tzara, Rimbaud. Un délice qui  laisse dérouler sa bobine pour chatouiller les oreilles des enfants de 8-12 ans et des plus grands aussi.
Pourquoi ma grand-mère tricote des histoires ?,  anthologie de poèmes choisis par C. Galice et E . Leroyer , éditions Bayard Jeunesse, mars 2012.

mardi 10 avril 2012

Avoir une araignée au plafond

"Oh non Maman, viens vite enlever l'araignée du plafond, elle a mis des poils et des plumes partout. Elle a trop de ventre !".

lundi 9 avril 2012

Pâques chocolat, lapins, et Poule de...


... Pâques !
Pénélope est une petite poulette chocolat au lait, toute bien faite. Fête vous dites ? Pénélope, voudrait bien en être de la fête. Et quitte à briller, plutôt être la Reine de la journée. Pour cela, dans le jardin, il faut être bien cachée. C'est gagné. Mais trop bien cachée, on ne peut plus te trouver, Pénélope... La nuit arrive, le froid, la faim, les jours filent... Pénélope est oubliée. Jusqu'au jour où elle rencontre un rouge-gorge et avec lui la liberté...

Pénélope la poule de Pâques, petit conte d'Hubert Ben Kemoun et de Stéphane Girel, éditions Flammarion Père Castor, 2000, à partir de 5 ans.

dimanche 8 avril 2012

"Oh Lucie... [Lucie est partie] * parler de la mort avec les enfants

De ce voyage-là, tu ne reviendras jamais!
Là où tu es, je ne peux pas être avec toi.
Mais quand je ferme les yeux,
tu es pour toujours avec moi,
tu es pour toujours dans mon cœur” .

S'il y a un livre qui nous a beaucoup accompagnés - et qui est toujours présent dans notre bibliothèque - pour tenter de comprendre le manque que créé la mort, son irréversibilité et le chagrin qu'elle engendre, c'est celui dont je tire cet extrait.


Il m'est impossible de le lire sans avoir la gorge nouée, et quand les enfants ont envie d'aborder le sujet indirectement - parce qu'ils savent aussi le faire très directement ! -  ils le font en en demandant la lecture. Texte simple sans être simpliste, illustrations douces et poétiques racontent l'histoire de Zelda, une petite oie très joyeuse, très amie avec Lucie, une vieille vieille tortue qui, un jour, et sans prévenir, part pour un très long voyage. Colère, quête, solitude et abandon, chagrin, manque, rêve, compréhension et intériorisation de la mort, air de légèreté. Apaisement... Enfin. Fin. Un livre chaudement recommandé pour accompagner les enfants en grande peine. "Tu es pour toujours dans mon coeur".

Lucie est partie de Sebastian Loth, éditions NordSud, 2010.

samedi 7 avril 2012

Quand les deux petits cochons font grève de la sieste, grève du coucher tôt, fête aux levers multiples, aux demandes de biberons, aux excuses toilettes, cauchemars, j'veux pas dormir, dormir dans ton lit, encore un bisou, je reste debout, non pas ça, ci, là, ma chaussette est sous la couette, le chat a pris mon oreiller, les voisins font du bruit, chante Petit Koala Maman, fait un câlin avec tes bras, te fâche pas, remets ma couette rose j'aime pas la blanche, Poupée Belissima n'est plus habillée, Barbapapa veut pas conduire les tractopelles, donne moi le livre de train, le catalogue vert pour commander des chaussures marron.... Maman cochon devient out. Out of Africa, out of ses gonds, claquée, lessivée, au bout du rouleau. Capuccino, Kinder bueno, bain chaud, mousse à la Mûre, dodo, tard. Très tard. + 3 kg, le chocolat c'est anti-stress. Tu me manques. De quand on était deux et qu'on pouvait se dire, entre autre, chacun son tour...

vendredi 6 avril 2012

La pause s'imposait...

Le blog s’est arrêté quelques temps sur cette date du 5 avril. Copains, amis, famille, savez pourquoi. Anonymes, de passage, abonnés, visiteurs silencieux, non. 5 avril, veille du premier anniversaire du décès. Il y a un an, le mince fil de sa vie rompait. Libération du coma, du handicap, lourdes conséquences d’une maladie pour laquelle je ne trouve pas de qualificatif, pour laquelle tout espoir nous avait été ôté depuis des semaines déjà. Tant d’images et d’émotions, ça déborde encore, c’est bouillant, âcre, aujourd’hui c’est un manque latent, toujours. Des larmes dans les yeux, des nœuds dans la gorge. Oui. Pas du même goût peut-être. Celui du manque. Le manque des multiples facettes qu’il incarnait. Qu’il incarne toujours, pour certaines. Et le manque de réponses à toutes ces questions d’enfant à qui je ne peux dire que « c’est injuste et sans responsable. C’est ainsi, il n’a pas choisi ». Quand on est dans la tranche d’âge des « Pourquoi ? », comme c’est le cas ici, en double d’ailleurs, c’est pas bien facile de répondre à « Pourquoi j’ai plus de Papa ? », « Pourquoi mon Papa, il est mort ? », « Il est où mon Papa ? ». Je ne peux pas te répondre, car il n’y a pas de réponse… « Il est où ? » « Il est mort… » « mais Maman, mort, ce n’est pas un lieu, c’est un état… » « mais un état, dans certains pays, c’est un lieu ». Mort, c’est un non lieu, surtout quand on ne croit pas en dieu. Et je sais que ces questions continueront au-delà de ladite phase des « Pourquoi ?» et que ce sentiment d’injustice, sera toujours là.
Pourquoi se focaliser sur la date anniversaire ? Je n’ai pas de réponse. C’est à la fois le moment de se replonger dans ce qu’on était, dans ce dans quoi on était il y a un an. Marasme. Immersion douloureuse, aiguë,  vive en émotions. Des images. C’est aussi regarder en arrière, ce chemin biscornu qu’on a parcouru. Pas seule, mais en tête, quand même. Une énergie de vie, une soif de suite, des racines à donner, en double, pour que nos belles pousses poussent. Un entourage à qui on ne dit peut-être pas assez qu’il est important pour nous. Il y a ma famille sans qui, mes amis sans qui et puis bien d'autres sans qui… les racines de Maman Baobab ne seraient peut-être pas si fortes. Merci.

jeudi 5 avril 2012

Goûter d'anniversaire, assauts de bambins à la maison...

... quelle est votre petite astuce pour que la fête soit réussie ?

C'est bien l'objet de notre nouveau concours, et là, y a urgence... parce que Petit Poi(d)s a invité les copains d'école à la Maison Rouge.

Deux propositions par personne, pas de limite en nombre d'enfants, tranche d'âge libre. A vos plumes, à vos méninges... A gagner ce très très chouette ouvrage :

Goûters rigolos
d'Aline Caron, photos d'Amélie Roche, chez Larousse (2012)



chroniqué ici :
http://maman-baobab.blogspot.fr/2012/01/des-gouters-rigolos.html

Pour participer, glissez vos commentaires dans ce message, jusqu'au 25 avril.

mardi 3 avril 2012

Les écharpes de Mamie Berthe

Mamie Berthe est cette Mamie douce, grise aux cheveux et rose bonbon au coeur. Mamie Berthe c'est la mamie madeleine, camomille, bobines et aiguilles. C'est la Mamie voisine, aussi. D'ailleurs, c'est bien ce qu'elle aime, Mamie Berthe, tricoter des écharpes en laine pour apporter douceur et chaleur das le coeur de ses voisins en peine. Ses voisins de palier et d'étages, "dans un immeuble sans âge". Et puis plus de points ni d'aiguilles, c'est Mamie Berthe qui tombe malade... Douceur et solidarité composent ici avec tendresse et poésie qui résonnent en symphonie avec des illustrations gracieuses, douces et enjouées. De véritable pépites à chaque page, dans l'art, la manière, la finesse du ton et le souci des détails : bravo à Léïla Brient, orfèvre de talent qui magnifie le texte d'Ingrid Chabbert.

Les écharpes de Mamie Berthe d'Ingrid Chabbert et de Leïla Brient, Editions les Petits Pas de Joannis, 2012, 9,90 euros.

Les petits pas de Joannis est une jeune maison toute petite et indépendante qui a pour volonté de publier des albums qui font "réfléchir avec des émotions et des rires pour les petits comme pour les grands"...  >>>> courez-y - Soutenez-y >>>> http://www.lespetitspasdeioannis.com/

lundi 2 avril 2012

Concours de recettes dessert : les résultats !

Vous les attendiez forcément avec beaucoup d'impatience : voici les résultats !

1ère place : pour les tartelettes au citron d'AudreyL. Marie Donzel précise que " la poudre d'amande dans la pâte sablée, c'est toujours une bonne idée et que l'utilisation du sucre glace (plutôt que du sucre en poudre) pour la préparer est un truc de connaisseuse : la pâte est mille fois plus fondante". Un gros plus pour l'astuce :  les minis-sablés avec la reste de pâte. Pas de perte ni de gaspillage en cuisine !

2e place pour non pas une mais deux recettes, celles de Maman*papa*Cake. La tarte framboise chocolat blanc - même si on préférerait larguer la pâte industrielle pour une home-made avec des doigts d'enfants qui font de la pate à modeler, tiens, pourquoi pas! - et le gâteau breton framboise pistache, parce que c'est bon de revisiter les traditions !

3e place pour Hélène et son gâteau "Délice de l'écureil" qu'on mangerait les yeux fermés et la bouche grande ouverte !

Bravo à toutes les trois. Les deux boîtes à petits gâteaux des paresseuses de Marie Donzel, sont remportées par AudreyL et Maman*papa*cake. Merci de nous transmettre vos adresses postales par MP.

Un grand merci à Marie Donzel pour son oeil, ses papilles, ses remarques, ses recettes et ses cadeaux.

Retrouvez le détail des recettes dans les commentaires du règlement du concours : http://maman-baobab.blogspot.fr/2012/03/concours-de-petits-desserts-du-gourmand.html