jeudi 9 mars 2017

Samedi, dimanche, petite soupe et des sablés...

Oh c'était chouette le week-end dernier. On a laissé filer le temps, on a joué, on a bouquiné, on a cuisiné, on s'est fait de nouveaux copains, on a regardé le soleil faire des pirouettes et la tempête emporter nos chaises de jardin. Les chattes sont rentrées. Sorties. Rentrées. Sorties. Rentrées. Sorties. On ne sait plus trop quand ni comment ça s'est arrêté. Le linge dehors a dû sécher. Mais oublié, il s'est retrouvé à nouveau trempé. Les giboulées. On a chanté. Et les mots, ça y est, les mots de mon prochain projet éditorial commencent à être bien rangés. Avec un vent de tempête dedans aussi. Nom de Zeus. On a bouquiné beau fin et intelligent, on a bouquiné soupe et des sablés et on les a concoctés aussi.



Cinq minutes et des sablés de Stéphane Servant et Irène Bonacina. "De sa petite maison, la Petite Vieille s'ennuyait. Plus personne ne venait la voir. Et elle ne regardait plus personne". Le temps passait, elle s'ennuyait, elle attendait. Elle attendait la fin, la mort. Et c'est comme ça qu'elle est arrivée, Madame la mort. Sans regard, sans visage, un grand chapeau plutôt, une grande robe en voile noir, des chaussures pointues, une belle auto à l'élégance de Cruella d'Enfer. Mais pas à l'esprit. Pas à l'esprit parce que finalement quand la Petite Vieille a voulu changer de chaussures pour la suivre, elle a attendu. Quand la Petite Vieille lui a porté attention, proposé du thé et des sablés, elle s'est assise à table Madame la Mort, après tout "Cinq minutes de plus ou cinq minutes de moins, quelle importance ?". Et c'est ainsi. C'est ainsi - et non ainsi soit-il - c'est ainsi que la Petite Vieille et Madame la Mort ont papoté, se sont amusées des petits plaisirs de la vie. Un chat qui joue avec une pelote, une enfant vive avec qui elles partagent un jeu, de la musique, un bal, la fête et tout le voisinage qui rapplique. De quoi repousser, repousser, repousser le jour de fin car tant qu'il y a de la vie, il y a de la vie! Et du gingembre aussi, du gingembre dans les sablés dont la recette est glissée tranquillement dans les gardes. Du plomb du sujet enlevé par le style et la narration de haute volée, l'album emporte aussi le lecteur dans la joie, dans la vie, grâce aux illustrations légères, flottantes, vaporeuses. Les aquarelles (aquatiques) tracent les mouvements avec un trait d'une apparente spontanéité, celui-là même qui m'avait avait séduite dans Tandem, écrit par Séverine Vidal en lice cette année pour le Prix des Incos (ma chronique ici). Rien de mieux alors qu'aller au bout de la lecture en nous lançant en famille dans la réalisation culinaire ! Et nous n'avons pas regretté !... Unanimité sur l'album - énorme coup de cœur - et sur les sablés ! 

Ce week-end, on avait envie de cuisiner. Après un petit tour au tout petit marché bio local, on a donc ouvert des livres de recettes et on est est parti à l'aventure. Parmi eux : Secrets de soupes de Sophie Dupuis-Gaulier, Marie Sénécat et Guillaume Czerw.  Un sommaire concocté en saison, on s'est collé à l'automne car nous avions dans notre panier un sacré morceau de courge et de belles échalotes, entre autres. De quoi, préparer la Soupe de Potimarron à la cannelle de Mechatouillepas la sorcière : oui oui, celle-là même qui glisse du fumet de chaussettes dans sa popote en fin de cuisson pour faire tourner la tête de ses amis. Nous ne sommes pas allés jusque -là ! Mais la cannelle dans le potimarron, wouaw que c'est bon avec une petite touche de parmezan et zou, roule ma poulette, à table !
Des soupes et des soupes avec à chaque fois ce petite zeste d'originalité, comme une orange dans un velouté de betteraves, une soupe de billes pour toucher les étoiles, de la vanille dans la carotte, des croûtons de pain d'épice sur un lit de velouté de rutabagas ou encore, et celle-ci on se la fera la saison venue, une soupe de petits pois, menthe et ricotta.  Une double page est consacrée à chaque recette. Un petit texte rigolo et pétillant introduit la recette, bien détaillée et facile à réaliser pour les petites mains bien accompagnées. Des photos douces et gourmandes présentent le résultat. Elles sont serties de chouettes illustrations qui s'accordent sur le même ton. Un bel album jeunesse à apprécier et à goûter en famille !




Et pour des envies de fêter la cuisine au fil de l'année, il faut se jeter sur L'agenda des petits chefs de Céline Lamour-Crochet et Anne Mahler.  Noah et Mia ont reçu un kit d'apprentis cuisiniers pour les fêtes de fin d'année. Bonne idée ! Ils vont se mettre aux fourneaux tout au long de l'année en cuisinant tout simplement, un plat phare ou des ingrédients spécifiques pour chaque mois. En janvier ? Des îles flottantes pour monter les blancs en neige ! En février ? Ils font sauter des crêpes. Cuisine de fêtes, cuisine exotique, épices, confitures et bocaux, ils mangent salés et sucrés avec plaisir et sourire par n'importe quel temps, n'importe quelle saison. Une double-page illustrée par des fruits et légumes, des cueillettes et des invitations à la fête est consacrée à chaque mois, clairement identifié dans le texte par une police et une couleur spécifiques. Le rythme est donné, les toques sont au taquet et les sourires sont francs et gourmands sur les bouches des deux enfants !














Et ce week-end ? On remet le couvert, on popote, on papote, on concocte, on s'organise, on file à la vente d'illustrations qui se tiendra Rennes, Hôtel Pasteur, au profit d'associations qui œuvrent pour l'accueil des réfugiés. Le menu est somptueux, jugez plutôt.
Lire ou relire ma chronique sur ce thème "Il y a ces gens". C'est là en tout cas que vous trouverez la famille Baobab ce week-end ! On espère vous y voir et partager et goûter avec La cantine de Babel.

Et puis samedi et puis dimanche ainsi cités, on n'en parle pas souvent aussi clairement dans les albums jeunesse, en voici deux qui se les collent en titre.
Les dimanches de Romulus de Paul Echegoyen et Amélie Videlo. Un duo chat-enfant est mis en scène dans son quotidien. Le jour, tous les jours, l'enfant et Romulus le chat passent leur temps ensemble. Tous les jours, sauf le dimanche. Le dimanche, Romulus a d'autres chats à fouetter si l'on peut dire. Shérif débordé, super-héros sauveur de souris, aventurier Indiana chat, ou astronaute, il est bien loin de s'ennuyer, lui, le dimanche, avec son imagination débordante ! Alors que l'enfant lui, on dirait que si. A moins que ce ne soit lui qui imagine la vie dominicale de son chat ? Un album sur une jolie histoire d'amitié et d'imagination qui s'emballe les jours d'ennui, ces jours tout gris dans les pages de l'album qui redevient multicolore quand on part tout coussinets dehors dans l'imaginaire du duo.
Samedi de Ian Lendler et Serge Bloch. Hé hé ! C'est samedi et le samedi, on reste à la maison ! "Mes parents ne vont pas au travail, alors c'est à moi de les réveiller!". Et ça ne manque pas, avec tambour, trompette et sauts dans le lit. Pauvres parents, dont les têtes exténuée se décomposent sur l'oreiller rayé. Toute la journée se fait en famille, on a le temps, le samedi, de lire tous les livres qu'on aime, de voyager en fusée jusqu'à la lune, de capturer des prisonniers, de mener des missions ultra secrètes. Des textes courts et rythmés, des illustrations joyeuses et dynamiques. On déplorera pourtant  que seule la maman met la main à la pâte, à la machine, sur le fer à repasser, le samedi... et que s'il y  a de la bricole, c'est le papa qui s'y colle. Mouech. Heureusement que le lendemain, c'est dimanche, et que peut-être les rôles seront amenés à s'inverser ? 



*** Les références ***
 Cinq minutes et des sablés de Stéphane Servant et Irène Bonacina - Editions Didier Jeunesse -  juillet 2015 - 13,10 € - dès tout-petit et familial
Secrets de soupes de Sophie Dupuis-Gaulier, Marie Senécat et Guillaume Czerw - Editions Les P'tits Bérets - 4e trimestre 2016 - 13,50 € - à partir de 5 ans - Familial 
* L'agenda des petits chefs de Céline Lamour-Crochet et Anne Malher Editions Les Minots- mars 2016  13,90 € à partir de 4 ans 
Les dimanches de Romulus  de Pal Echegoyen et Amélie Videlo - Editions Marmailles et compagnie - premier semestre 2016 - 12 €.- dès 4 ans.
Samedi de Ian Lendler et Serge Bloch - Editions Nathan - 
Mars 2017- 10 € - à partir de 3 ans

dimanche 26 février 2017

Maman, comment on fait les bébés ?

Je dirais, par expérience, que ce n'est pas une question qui tombe exactement comme ça. Par expérience toujours, c'est une question qui tombe quand même. Et retombe à nouveau plus tard - le délais entre les interventions dépendant généralement de la satisfaction de l'enfant face à la réponse apportée,  de son évolution (appelons cela âge ou maturité) et parfois d'événements intervenant dans la sphère proche du dit petit être. A un moment, la question tombe avec des mots presque experts. Enfin, ce week-end, à la Maison Cube, c'était à peu près ça. Presque scientifiques, les mots. A une marche, c'était bon. "Je me demande vraiment comment le spartacule va dans l'ovale". Et bim. ça c'est du concret. Alors concrètement on répond quoi ?

Maman comment on fait les bébés ? de Soledad Bravi. La voilà LA question. Et dès le titre. Et plam, Soledad prend le taureau par les cornes et y va, gaiement, en plusieurs petits strips. Et oui parce que l'enfant qui pose cette question va voir sa maman. Puis son papa. Et retourne à la charge pas vraiment satisfaite des réponses données. Un coup le bébé arriverait par courrier dans une boîte avec des petits trous. Un autre, on le commande par téléphone, il débarque sur le paillasson quand on ne s'y attend pas ; une autre fois, le papa et la maman se font des bisous d'amoureux et le bébé arrive dans le ventre de la maman. Non vraiment, rien n'a de sens. Et les petites graines, les cigognes, les carrés de tissu ? ça le ferait, ça ? Beaucoup d'humour dans cet album qui traite le sujet sans tout à fait y répondre - ou alors il faut faire le tri - mais y apportant une solution tout à fait adaptée : laisser tranquillement l'enfant comprendre en faisant son chemin.
Un chemin à baliser quand même. Et sans abeille. Alors comme il faut appeler un spartacule un spermatozoïde, un ovale un ovule, et un chat un chat, nous avons apprécié la lecture de Balthazar - inspiration Montessori - dans l'opus "Comment sont faits les bébés" de Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier. Les jumeaux Pippa et Martin poussent un landau, un landau avec un vrai bébé dedans, C'est l'occasion d'échanger avec Balthazar, Cassandre et Pépin sur la question-titre!
"- Elle s'appelle Cécilia, dit Pippa
- D'où elle vient ?
- C'est papa et maman qui l'ont faite.
- J'aimerais bien savoir comment son fait les bébés ! dit Blathazar
- ça c'est facile, dit Martin, papa nous a tout raconté...". Et c'est parti pour les vers de terre qui s'entortillent si fort, si fort qu'on en oublie carrément les abeilles pour entrer dans le vif du sujet avec quatre chapitres, une maman et un papa qui s'entortillent si fort si fort que le fil se déroule : Histoire d'amour, Là où le bébé est créé, Là où le bébé grandit dans le ventre de la maman, Là où le bébé naît. Et c'est chouette ! Chouette comme deux vers de terre "qui s'enlacent si fort si fort que leurs corps se fondent l'un dans l'autre". Chouette comme Le baiser de Klimt ou celui de Rodin. Chouette comme la représentation de tout un tas de spermatozoïdes et d'un bel ovule, bien rond, bien rose dans une grande double-page. L'enfant découvre le bébé in-utero en soulevant un flap. Une seconde représentation d'une maman enceinte montre des jumeaux, c'est l'occasion d'expliquer les deux possibilités de gémellité, vraie de vraie dans les deux cas. Viennent ensuite l'accouchement et l'enfant qui grandit, ainsi va le cycle de la vie. Un très bel album pour aborder cette thématique aussi concrètement que simplement.

Et pour les plus grands, on se pose la question aussi. J'ai lu L'encyclo de la vie sexuelle 10/13 ans des docteurs Jacqueline Khan-Nathan, Jean Cohen et Christine Verdoux. Un documentaire informatif pour aborder les questions de la puberté, les relations sexuelles, la conception et la vie d''un bébé (qui prend une grande place dans l'ouvrage). Informatif jusqu'à en mesurer le sommaire. On notera l'emploi abusif de vrais et de faux jumeaux (je fais probablement une fixette mais il me semble essentiel d'utiliser les termes justes - monozygote - dizygote - d'autant plus quand l'ouvrage est adressé à des pré-ados et écrit par des scientifiques ). Mais allons au vif : on passe très très rapidement sur la masturbation, l'homosexualité traités dans le même chapitre que les abus sexuels et "s'en défendre" : interpellant, chemin de pensée abusif, bof, bof, bof, super bof.
Sans hésiter donc je ne saurais que vous conseiller de revenir à Est-ce que ça arrive à tout le monde ? de Jan Von Holleben, formidable documentaire chez Syros à relire ici.
Et bien sûr, à lire et à relire dès petit jusqu'à tout grand C’est ta vie ! L’encyclopédie qui parle d’amitié, d’amour et de sexe aux enfants de Thierry Lenain et Benoit Morel. Ma chonique est ici.


*** Les références ***

* Maman comment on fait les bébés ?  de Soledad Bravi - Editions L'école des loisirs - mars 2015 - 11 - à partir de 4 ans 
Balthazar et "comment sont faits les bébés?"  de Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier - Editions Hatier-jeunesse - octobre 2014- 12,75 € - à partir de 5 ans
L'encyclo de la vie sexuelle  de Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier - Editions Hachette - septembre 2016 - 12 € - à partir de 10 ans
* Est-ce que ça arrive à tout le monde ? de Jan Von Holleben avec des textes d'Antje Helms - traduit par Roland Fuentès - révisé et adapté par Jessie Magana - Editions Syros - avril 2014 - 15 € à partir de 11 ans 
* C'est ta vie ! L'encyclopédie qui parle d'amitié, d'amour et de sexe aux enfants  de Thierry Lenain et Benoit Morel - Oskar éditions juin 2013  - 19,95 € 

vendredi 10 février 2017

Il y a ces gens...

Il y a des inconnus regardés de travers parce qu'ils ont traversé la mer pour ne pas mourir de leur côté. Il y a des étrangers regardés en biais, pas attendus, pas accueillis, pas bien traités ici, parce qu'ils ont préféré tout quitter au péril de leur vie, plutôt qu'être tués dans leur pays.
Quand certains se demandent s'ils préfèrent s'acheter la petite veste Gnignin ou la caisse Grumf toutes options garanties, voilà vaguement ce qui se passe pour ces naufragés débarqués par ici sans avoir vraiment choisi. Préférer. C'est fou comme un même mot n'incarne pas les mêmes enjeux d'un monde à l'autre. Du superflu à l'essentiel, le curseur ne devrait pourtant jamais avoir à choisir ni faire le grand écart.
Il y a ces gens, ces personnes, ces familles qui n'ont pas eu d'autres choix que celui de se retrouver là. Et là, de ce qui sont installés bien confortablement et qui ne réfléchissent même pas à comment ils vont remplir le frigo, ils entendent dire non, dehors, demi-tour, vous volez nos ressources, y a rien pour vous chez nous retournez d'où vous venez. Il y a ces gens-là chez qui la pensée pingre, reclus, égoïste, ethnocentrée est enracinée. Le barbare de Montaigne est devenu autochtone. Il pose une main sur le cœur quand il chante l'hymne mais que faire d'une main sur  le cœur quand le cœur est de pierre ? Et de là, les pierres se mettent à rouler, déboulent, puis se dressent sous les ponts des portes de la Chapelle. Elles compressent les cœurs, nouent les gorgent, écrasent l'entendement, et fondent prisons et cloisons dans le but d'éparpiller comme des petits graviers tous ces déracinés, sans jamais considérer qu'ils sont des gens, au fait, eux aussi. Ils sont des gens !
Il y a d'autres gens pour qui gravir ces rochers d'égoïsme posés par d'autres, ces cailloux de la honte, ces montagnes de déshumanitude ne fait pas peur. Il y a d'autres gens qui n'ont pas la main sur le cœur car elle déjà bien occupée à la tendre, à en prendre une autre, à gravir, à graver, à buriner, à dessiner, à caresser, à cuisiner. à donner. Il y a d'autres gens qui vont atteindre les sommets, les relier pour dessiner, élaborer, construire un plateau d'accueil, et offrir cette pensée qui partage et vise le nivellement par le haut. Il y a d'autres gens pour qui le partage des richesses a du sens et le sens premier c'est partage, même s'il n'y a pas de richesse inouïe. Car la richesse, somme toute, somme de tous, est relative. Il y a ces gens qui considèrent ceux qui viennent d'arriver comme des gens, voilà, c'est tout. Tout simplement. Enfin, il y a ces gens là qui aimeraient que ce soit fait ainsi, tout simplement, aussi simplement que c'est écrit. Il y a chez ces gens là, le sens ordinaire de l'humanité.


Et si pour vous c'est simple ainsi, vous pouvez retrouver notamment les actions de l'association Encrages, à Paris et presque partout en France Avec notamment, mais pas seulement, les ventes d'illustrations qu'elle organise dans certaines grandes villes de France au profit des réfugiés. 
La toute prochaine se tiendra à Rennes le 12 mars, à l'hôtel Pasteur de 14h00 à 20h00, journée festive, animations familiales, ateliers, fresque participative, lectures, concerts, coloriages, miam et sourires, forcément avec de très très grands noms de l'illustration jeunesse, et un tas d'autres gens qui ne savent pas dessiner, mais c'est pas grave !
Pour suivre la page Facebook Encrages c'est , celui de la vente de Rennes c'est ici et pour suivre l'association sur twitter c'est comme ça @encrages1

Je ne vous laisse pas sans lire, forcément,  en tout tout premier lieu Eux c'est nous dont je vous parlais ici mais aussi Quand je dessine je peux dépasser parce que c'est évident que c'est lié. J'en parlais .








Et pour aborder le thème avec les plus petits, je vous propose deux albums.
La grande inconnue de Pog et Maurèen Poignonec. Où commence la forêt, où s'arrête le jardin, ni les animaux, ni l'enfant qui habite à la lisière d'une forêt ne le savent vraiment. Et ce n'est pas grave d'ailleurs. Sauf qu'un jour le papa met une clôture pour protéger sa famille. "C'est ce qu'ils ont dit qu'il fallait faire à la télé". Mais ça n'a pas empêché la grande inconnue d'arriver. Et elle est restée. Au début en tout cas. Une tasse de thé avec l'enfant tout d'abord, et puis la honte, la honte d'être vue avec cette inconnue. La voilà chassée, radiée, expulsée. Mais quel vide pour l'enfant. La grande inconnue est-elle partie définitivement ? Dans cet album aux tons coloriages et chaleureux, au trait doux et subtilement naïf, il est question de frontières, de barbelés, d'étrangers. Il est question de différence, de singulier et d'amitié aussi. Simplement, tranquillement, chaleureusement optimiste.

Tout d'un loup de Géraldine Elschner et Antoine Guilloppé. Dans cet univers tout en noir et tout en blanc, il y a un grillage serré. Derrière ce grillage serré, un animal aux yeux vifs, au poil hirsute, aux oreilles pointues. Très pointues, comme ses dents, ses crocs, qu'il montre aux gens. A ces gens qui s'arrêtent à ce qu'ils voient : un loup. Il a "Tout d'un loup!". Personne ne l'approche, forcément. "Sa place n'est pas chez nous". Et le loup se retrouve en chenil, prison, collier, chaîne, numéro, solitude, chagrin, personne ne s'arrête devant sa cage. D'autres que lui sont adoptés. Et un jour, un homme s'est arrêté, il "a tendu la main entre les barreaux et m'a caressé le dos". L'espoir et un autre regard porté sur l'animal. La considération, l'amitié, le respect et la liberté. Une chance qui permet au sujet de devenir ce qu'il est vraiment. Un album fort aux illustrations fortes pour poser la question de l'apparence, des points de vue et de l'essence même des êtres. Intelligent.

*** Les références ***

La grande inconnue de Pog et Maurèen Poignonec - Editions Maison Eliza - automne 2016 - 13,90 € - à partir de 4 ans

Tout d'un loup de Géraldine Elschner et Antoine Guilloppé - Editions L'élan vert -  septembre 2016 - 12,70 € - à partir de 4 ans