vendredi 12 février 2016

Un petit peu d'absurde...

J'ai envie de lire drôle et de rire d'un petit peu d'absurde. D'autant plus peut-être en contextualisant. J'écoute d'une oreille annonces du remaniement et discours politiques. De l'absurde réel dans un monde qui bouffe de la réalité virtuelle à défaut d'égalité réelle. Une volonté "ministériellement" affichée dorénavant distincte cependant du ministère en charge du droit des femmes. Drôle d'idée. L'égalité réelle c'est quand même mieux pensant que la déchéance de nationalité sur laquelle on s'assoit à coup d'accent circonflexe, non ? On marche sur la tête et ça continue d'enfler, pas que des chevilles, de la vessie, de la lanterne aussi. On brasse de l'air à gauche à droite, à droite toute surtout malgré du bio juste histoire de ce mettre la tête à l'an vert. Reste une année de mandat, qui aura forcément bien du mal à passer à verte allure... Pas de ministère de la Jungle ? Brasse coulée et je te colle les nénuphars dans les mares aux canards grippés. Y a du mouton dedans non ? Je vais vous dire, y a pas seulement que de la pomme... y a aut'chose. Enfin, ce qui est rassurant, c'est de voir qu'on sait bien ranger ses idées sexistes trois par trois dans un beau ministère qui regroupe, et c'est appréciable, cher Maréchal, la famille, l'enfance et les droits des femmes. Vivement qu'on y ajoute un secrétariat à l'électroménager parce que ma yaourtière vient de se prendre un coup dans l'elle. "Cette équipe a une cohérence" assure la tête de l'Etat, dixit le Monde. Devoir l'affirmer n'est-ce pas ne pas en être si sûr ? Il faut l'avoir bien vissée sur ses épaules, la tête, quand même, pour sortir ces drôles d'idées. Absurde. Bonnet de bain, lunette de piscine, allez, on plonge, attention au plat. Avoir une cohérence, ce n'est pas être cohérent. To be une n'est pas to be. Être une vérité n'est pas être la vérité. Astucieux. Du l'art de distiller un soupçon de nuance pour parler à qui mettrait du lait dans son thé, de l'eau dans son vin, du miel dans son yogourt.  Et mes convictions ? J'y connais rien en brasse coulée ni en climat tempéré et je prends le plus souvent, du café noir non sucré. Y a de quoi voir rouge. Ou absurde.
Waf & Waf de José Parrondo. Dans ce petit album vignette - comic strips - sans dialogue deux bonhommes évoluent ensemble dans un univers urbain qui n'a pas l'air de cloché jusqu'à ce que... L'un s'apparente à un chapeau et se nomme Waf quand l'autre est plutôt chien, celui de Chapeau probablement puisqu'il le promène en laisse. Et lui aussi s'appelle Waf. Pour plus de facilité, probablement. Petit tour en bus ou en vaisseau spatial, petit tour en train pour tourner en rond, jeu de ballons, passage piéton, trampoline, autant de scènes qui s'enchaînent sans liens les unes avec les autres jusqu'à ce que certains espaces ou éléments reviennent, jusqu'à ce qu'on trouve également que ça tourne pas rond. Et pourtant, la boucle se boucle. Drôles de personnages que ces deux Waf et Waf lâchés dans un jeu de quilles aux crayons de couleurs qui renforcent l'impression de tendresse et de naïveté de celui qui ne l'est pas. José Parrondo donne sciemment dans la légèreté et l'absurde. Ce qui fait du bien aussi, parfois.

Princesse Lulu de Piret Raud. Que j'aime Piret Raud, son absurde, ses personnages, ses dessins, ses histoires qui marchent sur la tête. Pas de déception avec ce titre. Qui vide chaque nuit le tube de dentifrice ? Il est temps pour la Princesse Lulu de le découvrir enfin, car il y avait un certain temps déjà qu'elle était accusée par la reine de le manger. Or rien de rien, elle n'utilisait pas plus de pâte dentaire que celui nécessaire au brossage de ses dents. et le meilleur moyen c'était bien de faire le guet la nuit dans la salle de bains jusqu'à ce que le vrai coupable se montre. Et on verrait lui, ce qu'il penserait du dentifrice à l'oignon (je garde le i, scusez). Mais quand ce celui débarque, grosse surprise pour Lulu. Grosse frayeur aussi, c'est un squelette ! Un squelette en chair et en os, enfin "en os seulement, pardon!" au doux nom de Monsieur Nonosse. Une fois passée la surprise, le duo se met vite à discuter. Mais le squelette qui tient une brosse à dents d'une main et une mallette de l'autre a bien des secrets et surtout une mission de taille : il est le gardien d'un coffret qui cache un secret du roi, un secret d'Etat ! Vite, ils sympathisent. Plus question pour Lulu de le laisser vivre dans le placard du Roi . Elle décide de l'habiller et de le revêtir de bandelettes et de lunettes de soleil côté tête pour lui faire vivre une vraie vie de château sous la fausse identité d'une actrice mystérieuse sortant d'une opération. Mais quand Monsieur Nonosse se fait voler son coffret après une attaque canine plutôt étrange, plus rien ne va désormais... Un joyeux romand, drôle et absurde à souhait !
Et pour parler d'anti-sexisme, un roman ado à se mettre sous la dent. Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous de Nathalie Stragier. Nous sommes à la fin du Moyen-âge tardif quand Pénélope en visite dans le passé pour ses cours d'histoire y reste tout bonnement coincée. Catastrophe. Heureusement, elle rencontre Andréa. Une adolescente de son âge qui vit bien dans ses baskets et dans son époque. Son époque ? La nôtre, forcément. Et cela donne naissance à des écarts de taille entre la vie et l'univers des deux adolescentes pour qui tout diffère ! Il faut dire que Pénélope détient une information confidentielle sur le cours que prendra cette année même l'humanité. Si Pénélope le révélait, elle nuirait au cours de l'Histoire et pourrait se faire tuer par la terrible enseignante qui la traque. Andréa n'est pas du genre à se laisser chanter des berceuses et elle va à force de gaffes faites par son amie du futur découvrir la terrible vérité. Elle doit agir vite pour sauver sa famille, ses amis, les siens, les autres, tous. Mission compliquée et drôle, histoire rocambolesque et plutôt bien menée, dénonciation d'une société sexiste, la nôtre, résolue à l'époque de Pénélope sans pincette !
*** Les références ***
Waf & Waf de José Parondo - Editions du Rouergue - 2014- 16 € - à partir de 3 ans
Princesse Lulu et monsieur Nonosse de Piret Raud - Editions du Rouergue - 24 septembre 2014- 13 € - à partir de 9 ans
Ne ramenezjamais une fille du futur chez vous de Nathalie Stragier - Editions Syros - janvier 2016 - 16,90 € - à partir de 13 ans 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire