vendredi 30 octobre 2015

Emile et Les petits dégoûtants

Emile est revenu à la rentrée, la collection Les petits dégoûtants vient de s'agrandir. Autant de bonnes nouvelles que j'avais envie de réunir dans une même chronique. Peut-être parce que je suis toujours très impatiente de les voir arriver alors qu'ils sont souvent annoncés quelques mois, quelques semaines avant leur parution.

Emile descend les poubelles de Vincent Cuvellier et Ronan Badel. "Aujourd'hui Emile descend les poubelles". C'est pas qu'il a décidé et que c'est comme ça, non, pas cette fois. Cette fois, c'est autrement. C'est juste le jour. A l'image il porte de grands gants de ménage, roses tante qu"à faire, et pas de bouche. Comme pour appuyer encore plus fort sur ses paupières qui sont bien loin d'être rieuses. Trait minimaliste qui dit tout, celui de Ronan Badel. Et quel talent ! Aujourd'hui, c'est les jaunes, les poubelles. Emile fonce docilement regarder s'il n'aurait pas, par hasard du papier à jeter, comme lui a demandé sa maman. Mais non. C'est sûr. Il n'a rien de rien. A moins que... Et s'il jetait le livre Les aventures de Pinpin le lapin au pays des lapins roses ? Maman n'a pas l'air trop d'accord. Mais Emile s'en fiche, il n'a jamais aimé ce livre. Maman ne le voit pas trop dans la poubelle jaune quand même, il n'y aurait pas moyen de le recycler différemment ? Quand Julie son amoureuse arrive, la solution pointe. Enfin preque. Parce que la narration d'un Emile n'est jamais sans rebondissement ni sans chute inattendue. Duo auteur/illustrateur de choc, personnage désopilant, Emile ne perd pas le souffle au fil des titres et c'est un vrai plaisir de le retrouver. Une bonne tranche de rigolade familiale aussi !

Le crapaud d'Elise Gravel. Il est plutôt gros, plutôt vert et porte la plupart du temps de splendides verrues qui lui permettent, à tous les yeux sauf aux nôtres, de passer inaperçu. Dans ce bel opus ragoûtant, Elise Gravel brosse le portrait du crapaud. Pas du crapaud à moustache, ni de l'oreophrynella nigra qui se déguise en caillou, ni du crapaud du Suriname qui voit naître ses petits par des trous qu'elle a sur le dos, ni du crapaud buffle qui peut mesurer jusqu'à 38 cm, non, Elise Gravel parle du crapaud commun. Sa peau, l'eau, ses proies, sa façon de chasser (ou plutôt d'attendre que cela lui tombe dans le bec), ses astuces pour se prémunir des dangers, ses petits... En quelques pas de Petit dégoûtant, voici de quoi faire du visqueux, un charmant. Peut-être pas un prince, mais un charmant tout de même. De quoi se réconcilier avec lui et peut-être même donner envie de le protéger, certaines espèces sont effectivement en voie de disparition... Retrouvez mes chroniques sur la collection des Petits dégoûtants : Le pou, Le rat, La mouche, L'araignée, Le ver, la limace

*** Les références ***
* Emile descend les poubelles de Vincent Cuvellier et Ronan Badel - Gallimard Jeunesse - septembre 2015 -  6 € - à partir de 5 ans
Le crapaud d'Elise Gravel - Editions Le Pommier - Collection Les Petits dégoûtants -  octobre 2015 - 6,90 € - à partir de 4 ans 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire