jeudi 15 décembre 2016

Sélection aux petits oignons !

Dans mes petits oignons des derniers mois, dans mes coups de cœurs de cette dernière période, il y a les livres que j'ai présentés lors du déjeuner de rentrée du Café lecture jeunesse de Rennes. 
 A quoi on joue ? de Muriel Zürcher et Stéphane Nicolet. A cache-cache pardi ! Allez hop, le koala compte, un, deux, trois, allez hop tout le monde se cache. Tant et si bien que le Koala et sa copine aventurière fourmi ne trouvent pas leurs amis. Et dans l'ombre, grossit, grossit, l'image d'un loup énorme et avec de grandes dents. Voilà de quoi faire trembler toute la bande jusqu'à ce que l'on découvre la supercherie. Bon on recommence et on arrête de jouer au loup ! C'est cache-cache un point c'est tout. On recompte. Et dans l'ombre grossit, grossit, l'image d'un loup. Et le kangourou qui s'y était collé ne trouve plus ses amis. Mais qui a dit qu'on jouait encore ? Un album d'une grande finesse, avec peu de texte, beaucoup d'ombre pour nourrir à foison l'imaginaire et jouer à croquera, croquera pas... Croquera !?!

La danse de l'ourse où comment, rêvant d'un monde meilleur, Yiànnis et Ileana se sont retrouvés dans le ventre d'un bateau de Patrice Favaro et Thanh Portal. Dans l'excellente collection Trimestre, les récits illustrés, débarque cette nouveauté hors piste et compétition. Une plongée dans un troquet grec où le jeune Yiànnis, 12 ans, fait la plonge justement. Dans ce pays économiquement en berne, ça vivote et le patron qui mène son activité au cœur de la capitale, a le torchon à la poigne et l'énervement facile. Facile alors de s'énerver contre le môme qui ne s'est pas pointé à l'heure ce jour-là, c'est d'ailleurs ce que fait le diable aux gros sourcils. Le môme ne se démonte pas. Il joue sa place et la concurrence est rude. Ils sont beaucoup à son âge à avoir quitté les bancs de l'école pour travailler et faire vivre leur famille. "Faut m'excuser, patron. Je suis tombé entre les pattes d'une ourse". L'assistance écoute l'histoire. Une ourse énorme qui lui parle dans le creux de l'oreille, "brise ces chaînes" ! Le môme garde sa place et retrouve plus tard les roms et l'ourse qu'il gagne à la loterie. Son destin, se retrouve dans les pattes de Mirabela et le voilà embarqué dans un drôle de bateau,celui de la liberté, du rêve, peut-être de l'imaginaire ? Certainement celui du refus d'une condition, de l'exploitation et du ronron. Les illustrations enveloppantes, chaleureuses, complices, sont incarnées par un trait qui prend corps comme l'épaisseur de la vie dans l'humanité. Le lecteur se laisse emporter par une écriture simple, sincère et optimiste, rehaussée d'une touche orange, en bichromie qui laisse ouverte la porte des rêves à ceux même qui se les font voler par un monde d'adultes dépassés et bien souvent ego-centrés.
Et puis il y a tout entièrement de Thanh Portal aux éditions La Maison en carton deux frises cartonnées à colorier et à afficher ou à poser en accordéon sur une étagère La forêt Toc Bou Toc Zoï à colorier. Une univers de nuit, ça pionce, ça guette, ça dort, ça se câline, ça ronfle, ça roupille, ça oiseaux de nuit. Un univers de jour, ça lit, ça joue, ça se taquine, ça rigole, ça pleure, ça se câline aussi. Super chouette, un beau papier très épais, un beau duo d'accordéons qui tiennent debout tout seuls comme des grands. 

Le destin (presque) timbré d'Etienne Durillon d'Oren Ginzburg et Estelle Billon-Spagnol. C'est à nouveau une histoire de destin qui emmène dans ce roman illustré irrésistible. La vie d'Etienne Durillonest plan-plan, plutôt triste, plutôt routinière de haute voltige. Du genre à se faire cuire un oeuf à tous les déjeuner, du genre à sortir de chez lui chaque matin à 7h22 pour prendre le bus de la ligne 13 à 7h25. Plutôt de ce genre là. Pas de couleur, pas d'énergie, pas de zeste de vie. Plan-plan et plan... plan.. plan... Et puis un jour, paf, une pub dans la boîte aux lettres "Vous êtes seul, triste, sans amour, sans amis ? Nous pouvons changer cela!!!". Faire confiance à la SARL Transformation de vie ? ça le titille. C'est vrai que ça sent l'arnaque à plein nez, c'est vrai qu'ils abusent un peu à demander tant. 3999, cela représente toutes ses économies. Bon. Il réfléchit. Bon, il se lance. Après tout qui ne tente rien n'a rien. Et puis il y a sa collègue Vanessa dont il est secrètement amoureux. Il n'y a plus de temps à perdre. A peine le temps de le dire que le lundi matin, il rate son bus, rencontre des mamies motardes, renverse un chien, file chez le vétérinaire et est pris en charge par tout un tas de personnes incognito qui jouent sacrément bien leur rôle et ont enlevé tout ennui et ronronnement de la vie d'Etienne qui est finalement pris malgré lui dans une affaire de vol de bijoux et se retrouve face à face avec un malfaiteur terriblement méchant. Il va lui falloir un peu de temps à Etienne pour comprendre qu'il n'est pas, comme il le croit, au cœur d'une histoire jouée en pot aux roses. Mais comme lui, le lecteur va bille en tête dans la narration énergique et survoltée. Les illustrations d'Estelle Billon-Spagnol sont géniales, drôlissimes comme on aime. Du bonheur en 90 pages à dévorer dès 9 ans.
Super cagoule d'Antonin Louchard. C'est l'histoire d'une petite poulette qui a quelque chose qui gratte sur la tête. Et qui parce que - suppose-t-on - sa maman le lui a demandé, doit le garder pour sortir. Et gnan, gnan, gnan... C'est une surprise pour personne ce truc terrible, qui trouve probablement son origine dans les tortures qu'on infligeait au moyen-âge, c'est une cagoule. Mais une cagoule rouge pour se promener dans les bois, le cadre est bien posé, c'est sûr le loup va arriver. Et il arrive. Enorme, féroce qui a bien envie d'ingurgiter la poulette. Enfin, une fois qu'elle aura enlevé son déguisement de borne à incendie. Mais la poulette n'est pas bête et le loup a les deux pieds bien enfoncés dans la neige et le cerveau qui vole pas haut. Par quel miracle en réchappera-t-elle ? La clé est dans la cagoule, bien sûr! Hilarant, forcément.

Et comme on en a aussi parlé lors de ce déjeuner-livre et que je suis d'accord pour dire que c'est aussi un ouvrage de qualité, voici Le joyeux abécédaire de Maria Jalibert. Un grand album pour lequel la créatrice a collectionné et tout bien rangé tout ses petits jouets en plastique pour les photographier tout en alphabétique. Chaque figurine est légendée. Du bœuf sur la balance à femmes farfelues sur une flûte, en passant par Homme houspillant un âne harassé ou encore Terreau terrifiant qui regarde la télé, pas d'ennui non plus dans ces pages vives et colorées, joyeuses (le titre n'est pas démenti!) et facétieuses qui permettent aux enfants plus grands d'accéder à un abécédaire ingénieux qui allie avec bonne humeur textes et images.  


+ d'images de ce déjeuner, c'est par ici.


*** Les références ***

A quoi on joue ? de Muriel Zürcher et Stéphane Nicolet - Editions Gautier-Languereau -  août 2016 - 11,90 € - à partir de 3 ans
La danse de l'ourse de Patrice Favaro illustré par Thanh Portal  - Editions Oskar collection Trimestre  - 2016 - 14,95 € - Dés 7 ans
La forêt Toc Bou Toc Zoï à colorier de Thanh Portal  - La maison est en carton - 2015 - 10 € - Dés 3 anset pour toute la famille
Le destin (presque) timbré d'Etienne Durillon d'Oren Ginzburg et Estelle Billon-Spagnol  - Editions Grasset jeunesse - Septembre 2016 - 15 € - à partir de 9 ans
* Super cagoule d'Antonin Louchard - Editions du seuil jeunesse  Septembre 2016 - 8,90 € - à partir de 4 ans 
 Le joyeux abécédaire de Maria Jalibert - Editions Didier Jeunesse -  septembre 2016 - 15,90 € - à partir de 4 ans

4 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour cette chaleureuse chronique! Patrice Favaro

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Le blog Maman Baobab défend les librairies indépendantes, merci de ne pas mettre de liens vers des sites marchands.

    RépondreSupprimer