vendredi 3 octobre 2014

Un prince, des rois et la lune

Une sélection de fin de semaine qui s'adresse de fil en aiguille, de roi en prince, de la terre à la lune aux 4 - 8 ans, visons large, visons grand.
Le roi maladroit d'Anne-Gaëlle Balpe et Mayalen Goust. Un album au format atypique, des illustrations somptueuses dignes des plus grandes cours, bienvenue dans celle du Roi Maladroit. Enfin, bienvenue, c'est vite dit. Parce que le roi en a ras le pompon, ras la couronne, ras le tapis rouge d'être maladroit, de faire tomber des choses ici ou là, de trébucher, de se casser le nez. Ras le pompon, le voilà en colère qu'on l'appelle Dagobert, ras la couronne, pourquoi il la porte " Un roi maladroit ça n'existe pas!". C'est décidé, il faut que ça change, il faut aller chercher un enchanteur qui lui fera une potion qui lui rendra adresse et prestance. Ils ne vont pas dire non, les chevaliers, ils y vont. "Traversent le royaume au galop. Ne s'arrêtent pas pendant trois jours. Parcourent cinq forêts, trois villes et deux montagnes. Sept fleuves et dix rivières. C'est un long voyage". Enfin ils arrivent devant la maison de Berlin, l'enchanteur continuellement enrhumé, mais si ce dernier n'arrive pas à se soigner d'un rhume, pas bien sûr qu'il enlève son mal au maladroit. Pourtant, il accepte. De traverser tout ce que les chevaliers ont traversé dans un sens. Mais dans l'autre, cette fois-ci. Il relève le défi. En vain. Le battant repart boitant et laisse le roi aussi furax que maladroit. Sur le chemin rencontre un petit bonhomme à l'allure étrange qui pourrait bien permettre à tout le monde d'y voir plus clair. Texte et illustrations œuvrent de concert pour offrir un album majestueux, la saveur d'une auteure qui manie la langue et l'humour avec finesse, relevée par des illustrations remarquables, qui, épicent l'album de quelques facéties, aussi fines et élégantes. Une très belle qualité d'édition accompagne l'ensemble, cet album est un gros *** coup de cœur***
Le conte du prince en deux ou l'histoire d'une mémorable fessée d'Olivier Douzou, illustrations Frédérique Bertrand. Le prince en deux revient, sur le trottoir, d'abord, comme s'il y avait un micro. Moi je suis totalement opposée. Il y a des moyens plus doux. On doit pouvoir parler à son enf... Ah voilà le micro. C'était bien un micro-trottoir. Pour ou contre la fessée ? Nous voici à l'école. Et la mère continue de s'exprimer sur le sujet. Contre la fessée. Mais son enfant prend de la place, maman, maman, tire sur son bras, maman, maman, c'est agaçant. Maman, maman... Avis partagés donc au sujet de la fessée. Et le point de vue des enfants ? Ceux qui s'en prennent parfois, d'autres souvent. Et même "cunu". Et puis dans l'histoire qui avait commencée un petit peu dans tous les sens, comme ces lettres qui étaient elles aussi projetées sur la page dans tous les sens pour faire sens, il y a enchâssé  Le conte du prince en deux. Avec ces magnifiques illustrations issues du titre original édité au Seuil. Au cœur d'un royaume où il est interdit de faire violence a un enfant, le roi lui-même un jour donne une fessée à son enfant "si forte et si longue qu'il le coupe en deux dans le sens de la hauteur". Le prince du jour au lendemain, devient deux princes "personne à part le roi et la reine ne le savait". Il ne se montre que de profil, surnommé par le peuple " le prince égyptien". Et puis un jour en plein banquet, le voilà recollé et il se met à raconter son histoire et fait promettre à la cours de ne plus jamais donner de fessée. La chute du conte, elle est drôle, elle pique mais je ne vous la narre pas, et ce n'est pas là tout à fait que l'album se clôt. Il revient à la narration du départ, notre micro-trottoir au style contemporain ... Et ping. Sur le nez. Textes et illustrations explorent dans le même album une palette large de style que se permettent les auteurs grâce à l’enchâssement et pose une question ouverte, en y répondant tout autant entre le dit et le non-dit, voici deux pieds dans le plat réalisés à quatre mains qui montrent la frontière parfois trop fine pour certains adultes entre violence et autorité, sanction et fessée. Un album surprenant, *** coup de cœur***.
Les rois de la sape de Christian Epanya. N'est pas roi de la SAPE qui veut. La SAPE ? Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes, un mouvement dandy né au Congo qui prend de l'ampleur de la vie des grandes villes africaines non sans passer les frontières jusqu'en Europe. Immersion à Kinshasa, couleurs chaudes, jaune, bleu, orangé et rose, quartier de Matonge surnommé les Champs Elysées, bondé. Elimbu jeune étudiant d'Equateur ne connait pas cet univers fascinant, il se fait rabrouer et moquer par la bande des "Princes de la mode", un groupe de Sapeurs qu'il devra affronter sur scène, lors du grand concours de mode des sapeurs. S'il n'a pas d'argent, il bénéficiera de l'aide et du soutien d'un fripier qui cache des trésors de mode dans sa caverne d'Ali Baba... Immersion colorée en Afrique noire autour des moqueries et de l'apparence, de la solidarité et de la débrouille aussi. 

Le roi qui demandait la lune d'Eric Battut. Finesse du pinceau et sens du détail, Eric Battut nous invite dans un nouvel univers. Extérieur nuit, vie de château. Le roi Pierre observe la lune tant, qu'il voudrait en réaliser son rêve, s'y promener et en rencontrer ses habitants. Comme il est le roi, il transforme son désir en ordre. Ballon dirigeable, homme-canon, il provoque des dégâts mais dans la lune il ne pose pas un pas. Désespéré, il rentre au château et c'est à ce moment là que l'impossible arrive au roi. Son donjon se prend pour une fusée, s'envole direction la lune et les étoiles où il ne sera pas tout à fait seul. Etait-il vraiment sur le lune ou bien était-il dedans ? Nul ne le sait vraiment. Mais de retour sur Terre, le roi veut toujours plus, aller plus loin, faire plus difficile, mission Mars et saturne cette fois-ci. Un album très esthétique, à l'image de l'illustration de couverture, au texte qui pince et qui fait sourire, un pied de nez de lune des rêveurs à ceux qui ne le sont pas.

Pour rester encore un petit peu dans la lune, parce que ce n'est pas si désagréable, n'est-ce pas ? Voici... 

Martin et les voleurs de lune de Richard Byrne. Martin, un petit raton-laveur pense qu'il sait tout sur tout. Lors d'une veillée nocturne avec ses amis, tout le monde constate que la lune n'est plus tout à fait ronde. Ses amis lui demandent pourquoi. Après tout, il sait tout, n'est-ce pas ? Le temps d'y réfléchir, il donne rendez-vous à la bande de copains le lendemain au campement. Félix et Raoul, les deux ours, n'y sont pas. Léa les a croisés avec de drôles de casques. Des casques de l'espace s'empresse d'en conclure Martin. Que fabriquent ces deux ours, colis suspects, travaux extraordinaires, ils s'affairent, ils s'affairent pendant que dans le campement "Sauvons la lune" on ne peut que constater que de rond elle est passée à croissant. Les ours ne seraient-ils pes en train de voler la lune ? Une histoire bien ficelée pour expliquer le phénomène ! L'avant dernière double page expose d'ailleurs de manière ludique et pédagogique les différentes phases de la lune, croissante, décroissante et nouvelle lune. 


La petite truie, le vélo et la lune de Pierrette Dubé et Orbie. Rosie la petite truie a tout pour être heureuse et elle l'était d'ailleurs. Jouer, manger, dormir, elle ne demandait pas plus. Jusqu'au jour où un vélo rouge est apparu dans la cour conduit par un enfant. Sûr et certain il le lui faut. Et cela a l'air si facile de pédaler. Une nuit, discrètement, elle file vers le vélo pour s'y essayé. Pas eu le temps de faire deux tours de pédale que tout à coup paf. Le vélo se renverse sur le côté! Elle essaie plusieurs fois mais sans succès. Pas si facile de faire du vélo. Mais la truie est observatrice et persévérante, elle retente la nuit suivante, échec, celle d'après avec une casserole en guise de casque, rien n'y fait. Bain de boue. Chaque jour elle ajoute un élément à son équipement comme si son accoutrement allait lui donner des ailes... Et pourquoi pas remarquez ? Voici un album pétillant, drôle et plein de rebondissement qui montre qu'avoir du zèle et de la volonté, ça finit forcément par être gratifiant. Et puis ce n'est pas si facile d'apprendre à faire du vélo de grand ! *** coup de cœur***

Mon amie la lune d'André Dahan. Hymne à la lune, texte court et rimes, paysages bleus, croissant de lune, nuit, une barque sur l'eau, dedans un personnage. Il joue avec la lune, l'interpelle, la hèle, l'invite à danser. Mais à trop danser, voilà que son fil claque, et notre lune tombe dans la mer. Le personnage la repêche,  en prend soin et la met sous sa protection, dans sa maison. Devenus amis, la lune et lui s'amusent toute la nuit. Tiens voilà le jour, le soleil se joindrait-il à eux ? Une douce et tendre histoire qui mêle poésie et onirisme dans un petit livre plein de charme. 




*** Les références ***
Le Roi Maladroit d'Anne-Gaëlle Balpe et Mayalen Goust - Editions Marmaille et compagnie - juin 2014 - 13,50 € - à partir de 5 ans *** coup de cœur ***
Le conte du prince en deux ou l'histoire d'une mémorable fessée d'Olivier Douzou et de Frédérique Bertrand - Editions du Rouergue - avril 2014 - 16 € - à partir de 5 ans *** coup de cœur ***
Les rois de la sape de Christian Epanya - Océan Editions - mai 2014 - 15 € - à partir de 6 ans
Le Roi qui demandait la lune d'Eric Battut - Editions Gulf Stream - octobre 2012 - 14 € - à partir de 5 ans
* Martin et les voleurs de lunee Roi qui demandait la lune de Richard Byrne -  Editions Le Pommier  - collection Les bouts d'choux explorent le monde - octobre 2013 - 13 € - à partir de 4 ans
La petite truie, le vélo et la lune de Pierrette Dubé et Orbie - Editions les 400 coups - avril 2014 - 13 € - à partir de 5 ans *** coup de cœur ***
*Mon amie la lune d'André Dahan - Editions Gallimard Jeunesse - collection L'heure des histoires - réédition septembre 2014 - 4,90  € - à partir de 5 ans

Aucun commentaire:

Publier un commentaire