vendredi 30 janvier 2015

Des bulles [sélection BD jeunesse]

"Cinq des nôtres sont morts et pour la première fois dans l’histoire de la caricature, du dessin et de la bande dessinée". La 42e édition du Festival d'Angoulême a ouvert ses portes, dans "une triste couleur de chagrin", une édition qui rendra à l'équipe de Charlie Hebdo décimée en début de mois un hommage marqué avec l'exposition de créations de ses auteurs et différentes initiatives organisées au cours de cette édition du Festival. Pour ne pas baisser les bras, pour ne pas ranger les crayons, refermer la trousse, frousse, bâillonner le papier, brider l'imagination, museler les comics, pour regarder demain avec optimisme. C'est dans cette idée et pour que cette édition "soit, au regard de l'actualité tragique que nous venons de vivre, un temps de mémoire, de réflexion partagée, de résistance et de solidarité", que les organisateurs du Festival lancent  le « Prix de la liberté d’expression » à visée internationale et qui récompensera chaque année "un dessinateur dont l’œuvre incarne une forme de résistance de pensée face aux idées reçues et/ ou à la censure et/ou à l’oppression". Le Festival d'Angoulême ouvre ses portes, avec notamment un espace jeunesse important, une sélection spécifique ici et l'attente des Prix BD Collèges et Lycées du Poitou-Charente et Prix des écoles d'Angoulême qui seront remis dans notre secteur de prédilection ( voir les sélections Ici). 
C'est aussi l'occasion de parler sur le blog de quelques albums à bulles pour les petits et les plus grands à retrouver aujourd'hui et ce week-end. 
Inspecteur Londubec d'Emmanuel Trédez et Stéphane Nicolet. Sale temps pour les habitants de Triffouilly. Il pleut des cordes, il pleut des lettres anonymes. Temps de chien. Et c'est pas madame Toutou, tenancière de zingue, qui va contredire le brigadier Tetdeuf ou l'inspecteur - le fameux - Londubec. Ces deux oiseaux là mènent l'enquête. Mais attention, pas n'importe comment. Jamais ils ne retirent leurs marrons du feu, jamais ils ne mettent la tête dans le sable. C'est vrai que parfois l'enquête piétine, mais à deux pattes, on va moins vite qu'à quatre et les lettres fusent, les calomnies et les fautes d'orthographe aussi. Qui en veut à qui et pourquoi ?  Fâcheuse histoire mise en mots avec des jeux, des expressions prises au pied de la lettre (anonyme), retournées aussi et envoyées tout droit dans le potache. De la bonne soupe donc, pour se détendre par froides soirées d'hiver. Pas de chien écrasé dans la rubrique consacrée mais des animaux qui se rentrent dans les plumes et dans les poils et il faut bien le dire, ça castagne un peu, sous couverture de polar, l'intrigue est arrondie par des jeux de mots à la pelle et même des alexandrins, du 12 pieds à la lettre... C'est rythmé, pas le temps de bailler aux corneilles, efficace, pas besoin de peigner de girafe et le travail d'illustration est dense et particulièrement abouti pour servir un polar parodique librement inspiré d'un fait divers dans lequel un volatile avait fait tout un fromage de quelques histoires d'adultère. [L'affaire de Tulle (1920), repris dans Le Corbeau  d'Henri-Georges Clouzot (1943)]. A découvrir ou redécouvrir dans L'inspecteur marche sur des œufs un volume qui pourrait aisément initier une série.  
Retrouvez des planches sur le site de l'éditeur Editions du Long Bec Ici et l'avis de La Mare aux mots
Zita la fille de l'espace de Ben Hatke. Il est paru depuis septembre dernier le tome 3 tant attendu ! Zita, pauvre Zita, super héroïne intergalactique à la cape verte, l'honneur sauf, la force pure, est toujours coincée dans l'espace. Plus que coincée puisque suite à un procès peut-être un peu truqué, la voilà condamnée aux oubliettes avec des  morceaux de squelettes et un tas de draps genre chiffonnade, tous deux dotés de la parole et du sens de la répartie. Repartir. C'est ce qu'elle veut. S'échapper, s'évader, retourner chez elle. Cela ne pourra pas se faire sans l'aide de nouveaux alliés et de vieux amis. Ce tome voit effectivement réapparaître le meilleur d'entre eux : Joseph. Fuir d'accord. Mais il lui faudra aussi défendre la Planète sur laquelle les terribles envahisseurs veulent s'installer. Dans ce nouvel opus de la série, rebondissements, gros méchants, monstres monstrueusement intergalactiques, tas d'os et ferraille, planètes étranges, vaisseaux spatiaux, robots, on retrouve tout l'univers posé dans les précédents tomes. Pipeau et Mulot seront aussi de la partie, la dernière semble -t-il puisqu'il semble que l'auteur souhaite s'arrêter sur une trilogie. Et pourtant les dernières planches ne ferment pas la porte à une suite. Croisons les doigts ! Zita c'est un format adapté aux plus jeunes lecteurs (mais pas exclusivement bien au contraire!) : texte court et facile à lire, des illustrations dynamiques qui forment une narration qui a du punch, Zita c'est une bonne recette BD !
Retrouvez ma chronique sur les premier et deuxième tomes Ici

*** Les références ***
Inspecteur Londubec - La cigogne marche sur des œufs d'Emmanuel Trédez et Stéphane Nicolet - Editions du Long Bec  - octobre 2014 - 11,50 € - Dés 9 ans
Zita la fille de l'espace de Ben Hatke - Editions Rue de Sèvres  - septembre 2014 - - 11,50 € - Dés 6 ans


Retrouvez d'autres sélections BD jeunesse sur le blog Maman Baobab ici et Ici :

Retrouvez en kiosque Spirou Edition spéciale
qui réunit 150 auteurs pour défendre
la liberté d'expression et dont tous
les bénéfices sont reversés à Charlie Hebdo et
aux familles des victimes des attentats du  7 janvier.
Il est aussi possible de le commander Ici.

Chez Actes Sud Junior, on attend avec impatience le recueil concocté par 50 illustrateurs sur le thème du dessin comme geste de liberté Quand je dessine, je peux dépasser !  pour permettre aux enfants de réfléchir d'une manière plus posée sur les événements de janvier dernier sans laisser page blanche. Parution prévue en mars prochain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire