vendredi 22 août 2014

Les bons gros géants...

En ce moment, à la maison, il y a amour-passion pour les bons gros géants. Particulièrement Totoro, revu est réinterprété ici par Grenouille, 5 ans, qui testait la qualité de ses crayons à souffler. Totoro version animée, de Hayao Miyazaki, 1988. Petit chef d'oeuvre, non ? C'est l'occasion de vous en parler, en livre illustré, mais aussi de vous présenter d'autres bons gros géants. 





Mon voisin Totoro d'Hayao Miyazaki. Faut-il présenter Totoro, doux géant culte japonais que rencontrent Mei et Satsuki, deux sœurs qui débarquent dans une nouvelle maison avec leur père ? Un changement de vie contraint : leur mère est à l'hôpital. Onirisme, poésie, relation à la nature, le conte est d'une grande douceur, les images sont exceptionnelles et c'est un vrai plaisir de les retrouver dans un album tiré du dessin animé. Il s'ouvre sur la présentation des personnages et offre notamment une fiche détaillée de Totoro. "il appartient à une espèce ancestral qui existait déjà au japon bien avant les êtres humains (...). Ils sont normalement invisibles aux yeux des hommes (...) Ils aiment souffler dans leur mélodieux ocarina". Et bien d'autres détails et spécificités comme leur âge ou leur taille, le grand Totoro aurait ainsi 1300 ans et mesurerait 2 mètres ! Le livre reprend fidèlement l'histoire du film et le voyage commence avec Mei, 4 ans, et sa grande sœur Tatsuki, collégienne. Exploration des nouveaux lieux, rencontrent des voisins, l'histoire se met doucement en place dans un univers inconnu de tous, des personnages et du lecteur/spectateur. Tout l'intérêt qui permet un jeu d'observation, parfois même de contemplation, des changements de rythmes et d'univers. Une nouvelle maison dite hantée par le jeune voisin, Kanta qui deviendra leur ami,  un intérieur sale et poussiéreux qui abrite des Noiraudes, petites boules de poussières noires dotées de petits yeux tout ronds tout blancs et de poils ; une Grand-mère bienveillante qui garde un œil sur elles en l'absence de leur père quand il travaille, et l'essentiel : Totoro, des petits Totoro d'abord qui se cachent et jouent dans la nature, puis entouré de papillons, de fleurs, d'herbes verdoyantes, caché au fond d'une galerie souterraine, Mei rencontre le gros, l'énorme géant de la forêt, Totoro, comme elle le surnomme. Un gros animal sans voix qui protégera les petites filles. Entre rêve et merveilleux, les personnages sont très attachants et subliment une intrigue simple qui prend soin d'eux et ne les mettra pas en danger trop longtemps. L'album est un joli bonus quand on a vu (et revu) le dessin animé, on dit même qu'on entend la musique du film en le lisant... Le film comme l'album sont à découvrir dès 4/5 ans. 
Le grand Antonio d'Elise Gravel. Il est super fort, super costaud, il est géant, poilu, fait des choses absolument démentes comme déraciner des arbres avec son cou, avaler 25 poulets d'un coup ou utiliser ses tresses (parce qu'il a de très longs cheveux ) pour faire du golf, un manège humain, ou d'autres trucs un peu zinzins qui pourraient bien être quelque peu inventés par l'auteure et l'illustratrice de l'album, Elise Gravel. Un petit peu inventés, avec ce petit grain de folie que l'on connaît à son trait farfelu, mais pas totalement non plus car, si en France on ne sait pas forcément qui est le grand Antonio, là-bas, d'où viennent l'auteure du livre, le personnage et la maison d'édition, autrement dit le Canada, c'est un héros. Un gigantesque héros, avec un vrai nom, Antonio Barichievich, une vraie vie, un vrai poids (210 kg) et une vraie histoire. Il est né en Yougoslavie, s'est installé à Montréal en 1946 où il a exercé le métier d'homme fort, d'homme super super fort même ! Il n'est pas si facile de démêler le vrai du faux (peut-être qu'il communiquait vraiment avec les extraterrestres grâce à ses tresses, on ne sait pas !) mais l'album que lui consacre Elise Gravel est joyeux, drôle, pétillant ; un hommage servi par un univers graphique très chouette et une belle qualité d'édition. Le texte est un poil plus faible, mais les bulles qui font office de voix off changent la donne et Antonio avait beaucoup de poils alors on n'en est pas à un près, ni à T près non plus pour les "beignes" en québécois dans le texte qui ne sont pas à prendre sur la joue mais à ingurgiter par dizaine et avec du sucre.

Bonolon l'île de la tortue de Seibou Kitahara et Go Nagayama. Bon gros géant orange, Bonolon est le gardien de la forêt. Esprit de la nature, il a pour mission de la protéger, notamment les arbres à qui il est relié. Sa bienveillance va au-delà, auprès des hommes et des animaux qui le font apparaître quand ils pleurent contre un arbre. Ce deuxième album réunit 5 histoires. L'île de la tortue qui donne son titre au recueil et dans laquelle une petite et courageuse tortue décide de reboiser une île dévastée par les hommes et à qui Bonolon viendra en aide. Un seul gros souci, pour protéger les jeunes pousses il faut abattre le dernier arbre de l'île. Dilemme. Et si nous étions amis met en scène un petit garçon qui n'est pas très populaire, pas très sympa non plus et qui fête seul son anniversaire par conséquent. Les copains de classe se sont rendus à celui d'un autre enfant, né le même jour. Bonolon le mettra sur la bonne voie pour que les choses ne se reproduisent pas l'année suivante. Dans Merci à toi Gon c'est le meilleur ami de Bonolon, un petit chien nommé Gon qui mène la danse. Avec la complicité d'un perroquet désespéré, il va tenter de se faire passer pour le fils d'une vieille dame disparu à la guerre.  Le rêve d'un père et Le trésor de l'arc-en-ciel mettent en avant la souffrance d'enfants. Dans la première histoire deux frères devenus orphelins pleurent de ne pas avoir fait assez de choses pour leur père décédé. Ils retrouveront la paix en réalisant son rêve le plus cher. Dans la seconde, Bonolon grimpera à l'arbre sacré pour donner à une enfant très malade la force de se battre contre sa maladie. Une double page clôt l'album en présentant les éléments de la nature rencontrés dans les histoires : l'arc-en-ciel, le chêne, la pastèque, le perroquet, le pygargue empereur - un de plus puissants rapaces - la tortue de mer. Douceur, rondeur et bienveillance sont le fil des aventures de Bonolon à découvrir dès 6 ans.


je lis et je relie à...
...La chronique sur des Monstres monstrueusement gentils dans laquelle on retrouve le premier tome de Bonolon mais aussi...
* La chasse au grommelon de Claire Freedman, illustré par Kate Hindley, Editions Gallimard Jeunesse
* Vive la différence de Leigh Hodgkinson, Editions Gallimard Jeunesse
* Comment reconnaître un monstre ? de Gustave Roldàn, 
édition Eveil et Découvertes
 C'est iCi

*** Les références ***
* Mon voisin Totoro d'Hayao Miyazaki - Editions P'tits Glénat  novembre 2013 - 17,90 € - à partir de 5 ans 
*Le Grand Antnio d'Elise Gravel - Editions La Pastèque - août 2014- 14 € - à partir de 5 ans *** Rentrée littéraire 2014 ***
*Bonolon - L'île de la tortue de Seibou Kitahara et Go Nagayama - Editions Nobi Nobi - -  Janvier 2014 - 16,50 € - à partir de 6 ans

Aucun commentaire:

Publier un commentaire