mercredi 26 novembre 2014

***Chic!*** Y avait salon à Fougères (35)

Une chronique *** Chic c'est mercredi*** un petit peu particulière, puisqu'elle est dédiée au Salon du livre jeunesse de Fougères en Ille-et-Vilaine - autant dire près de chez moi! - qui fêtait ses 30 ans mi-novembre en offrant au public un beau plateau d'auteurs et d'illustrateurs. Carton plein avec ses presque 8500 visiteurs. Un événement intra-familial nous a empêchés d'en profiter autant qu'on avait prévu, pour autant nous avons eu plaisir à y découvrir des nouveautés lors de notre court passage, mais aussi d'y faire dédicacer quelques albums emportés par Grenouille et Petit Pois qui avaient très envie malgré tout de rencontrer les auteurs et les illustrateurs, remarquablement disponibles, encore une fois. Merci.
Petit Pois avait sous son bras Sous ma couverture vit une tortue de Marcus Malte et Aurélie Guillerey  ; il avait emporté Fanny, sa tortue en plastique devenue représentation d'un personnage imaginaire, pour aller à la rencontre de l'illustratrice. Il avait été scotché par la lecture de l'album en y voyant son histoire ou presque la sienne dans un livre d'images. Je l'avais chroniqué Ici. Impatient de se présenter à Aurélie Guillerey, il est d'ailleurs allé tout seul à sa rencontre. Et quelle rencontre, ai-je cru comprendre en les rejoignant plus tard ! Ours blanc, kangourou ou souris, la tortue de Marcus Malte et d'Aurélie a des amis, présents dans une série d'albums très tendres chez Sarbacane. Une souris petite, toute petite, qui serait, si l'on en comprend la première double page de l'album dans la chambre de la sœur du petit garçon à la tortue. A nouveau un personnage imaginaire, aimé et choyé, protégé et caché, comme un précieux secret. Il s'agit ici de la petite souris, celle du mythe, celle des dents de lait qui s'est glissée une nuit tout doucement dans le lit de l'enfant. "A tout petits pas de souris. Elle venait chercher ma dent. Mais la pauvre était si fatiguée qu'elle s'est endormie, tout habillée". Voilà comment les choses se sont passées, entre la petite fille narratrice et la petite souris. tout en douceur, autant dans le texte que dans l'univers graphique offert par Aurélie, la narration continue sans vague, sereine, joyeuse et tendre, comme si l'album, en plus de donner toute sa place à l'imaginaire des enfants, les préparaient aux rêves de la nuit. Qu'elle soit bonne. Cette nuit et pleine de fantaisie, et de couleurs. La dernière offerte, chute de l'album, je ne vous la révélerai pas. Chut. Secret.
Grenouille avait dans son petit sac à dos un peu trop gros des albums dont  deux de Matthieu Maudet et de Michaël Escoffier.  Le ça qu'elle apprécie particulièrement, je l'avais chroniqué . Et Ouvre-moi ta porte,  collection Loulou et Compagnie à L'école des Loisirs. Une histoire drôle tout en noir et blanc, ou presque dans un gros livre cartonné très agréable à manipuler ! Ecriture rythmée, brève et malicieuse, le style d'Escoffier est simple et efficace, les chutes toujours inattendues. Celle-ci est d'ailleurs particulièrement réussie. Toc toc toc. Ce n'est pas le lapin mais le cerf (cerf) qui dit "ouvre-moi" au lapin, tranquillement installé dans son salon, canapé et feu de cheminée. Faut ouvrir le flap pour y croire. Il est poursuivi par le loup, il doit vite entrer. Toc toc toc, rebelote, ça toque, mais cette fois c'est le loup. Faut pas déconner, on ne va pas faire entrer le loup dans la bergerie. Enfin dans le clapier. Enfin dans la maison du lapin. Tu peux te brosser, le loup. Il préfère passer par la cheminée. Parce qu'il a lui aussi sacrément peur. Il dit être poursuivi par un monstre. Voilà le loup dedans, et le lapin et le cerf dehors. Mais dehors, il n'y aurait pas un monstre ? Un album drôle, ludique, un graphisme sobre, épuré et sacrément efficace, une qualité d'édition soignée, avec des flaps et clac c'est  un *** Coup de cœur*** car c'est vraiment très réussi !
On avait aussi sous le coude un petit poche, un petit Mouche de Matthieu Maudet avec Jean Leroy. La sorcière, sa fille et le loup. Une sorcière et sa fille vivent dans une caverne, l'endroit le plus sûr selon elles pour se protéger des mauvaises rencontres. Alors quand elles croisent le loup, un jour de cueillette de champignons empoisonnés, ce n'est peut-être pas une mauvaise rencontre. Un troc s'impose plutôt qu'un croc. Le loup est peut-être un vieux schnock, mais il pourrait encore faire de la fillette et de sa mère sorcière une lampée et deux coups de cuillères à pot. Il rapportera un gibier chaque jour que la sorcière cuisinera, ils partageront le plat tous les trois. Mais voilà, le jour où la petite fille ira chercher des baies, le manège à trois basculera... Et alors ? Alors ce qu'on pensait avoir ni queue ni tête prend un peu sens ! 
Signé du même duo, Papy était sous le bras de Petit pois, fan absolu de ses deux papis et remarquablement surpris pas cette drôle d'histoire dans laquelle deux enfants se chamaillent une balançoire et finalement qui la gagne ? J'avais chroniqué ce titre Ici.  
Un petit pas sur le côté et nous voilà devant Michaël Escoffier. On aurait pu apporter une dizaine d'albums, mais on a été très raisonnables. Petit Pois de CP a brandi son exemplaire de Sans le A, l'excellent anti-abécédaire illustré par Kris di Giacomo chez Kaléidoscope, pour une belle dédicace avec, "tu as vu maman, des lettres tampons".

Et oranges en plus ! Quelle classe, quel kit, cet Escoffier ! Ma chronique et mon ***coup de cœur*** pour cet album, c'est par ici. Et puis il y a On verra demain de Michael Escoffier et Kris Di Giacomo Ici Petit Pois avait également avec lui Le jour où j'ai perdu mes super pouvoirs du même duo. "Le jour où j'ai découvert que je pouvais voler, j'ai compris que je n'étais pas une enfant comme les autres". C'est vrai que l'enfant fait cette déclaration alors qu'elle est projetée en l'air par les bras de son père. Mais peu importe, ce qui compte pour elle, c'est - masque sur les yeux et cape sur le dos - de s'entraîner sans relâche pour persévérer et devenir une super-héroïne et il faut dire qu'elle a l'art et la manière pour détourner quelques scènes ordinaires de leur itinéraire. Drôle et cocasse, à la lecture, les marmots s'esclaffent jusqu'à ce que PAF, elle perde ses super pouvoirs, d'un coup d'un seul. Et si ce n'était pas tout à fait elle qui les avait ces super pouvoirs ? Un album cocasse et d'une grande tendresse. *** Coup de cœur***. Et comme on ne peut pas se quitter comme ça, un petit tour du côté de la chronique sur L'anniversaire par ici.
De mon côté, je ne pouvais pas rater la présence d'Antoine Guilloppé dont les illustrations d'une grande finesse et d'une grande sensibilité m'enchantent. Le dernier titre chroniqué sur le blog, c'est L'heure Rouge dont le texte est signé Marie-Astrid  Bailly-Maître, chez L'élan vert danse au clair de lune et ombres chinoises, un rendez-vous dansant et poétique à découvrir iciDevant lui, son dernier né, le fabuleux Little Man dont il signe texte et photo chez Gautier-Languereau. Little man c'est Cassius, une tête ronde, une silhouette, ombre noire, des yeux d'un blanc perçant, découpe blanche parfois. Il a fait un rêve, "il a rêvé qu'il courait si vite que personne ne pouvait l'arrêter". Cassius court, il court, et les pages défilent, pleines, structurées avec finesse et figures géométriques, lignes, ciselées, pages perforées comme pour faire devenir fine dentelle et fragile, un univers dans lequel le rêve et l'espoir ne tiennent qu'à un fil. Comme si la vie ne tenait elle-même qu'à un fil. Cassius lui le sait, il sait ce qu'il laisse derrière lui, quand il habitait loin d'ici, un pays anonyme en guerre. Il ne sait pas exactement ce qu'il y a devant lui. Il sait qu'il aime cette ville, New-York et l'on comprend que l'enfant vit son american dream. Souffle, énergie, rêve et liberté brisent frontières et murs. Remarquable album *** Coup de cœur***.



J'avais bien d'autres envie de rencontres quand j'avais préparé notre expédition au Salon, mais j'avoue que le coeur ni était pas tout à fait, cette fois là. J'étais venue avec Folles saisons de David Sala que j'ai eu plaisir à faire dédicacer après l'avoir découvert et chroniqué Ici. David Sala. La belle et la bête qu'il a illustré, faisait partie de ma sélection sur les contes Ici.



Dans deux jours, je laisserai mes bambins et filerai à Montreuil pour une nouvelle immersion salon. Que du bon ! Et en attendant mon prochain reportage en Salon, retrouvez d'autres photos sur la page Facebook du blog Maman Baobab Ici

*** Les références ***
Sous ma couverture vit une souris de Marcus Malte et Aurélie Guillerey - Editions Sarbacane- 2014 - 13,90 € - à partir de 4 ans 
Ouvre-moi ta porte de Michaël Escoffier et Matthieu Maudet - Editions L'école des loisirs - collection Loulou et compagnie - 2014 - 12,30 € - à partir de 2 ans *** Coup de cœur***
La sorcière, sa fille et le loup de Jean Leroy et Matthieu Maudet - Editions L'école des loisirs - collection Mouche - mars 2014 - 6,50 € - à partir de 6 ans 
Le jour où j'ai perdu mes super pouvoirs de Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo - Editions Kaléidoscope - 2014 - 13,20 € - à partir de 4 ans *** Coup de cœur***
Little man d'Antoine Guilloppée - Editions Gautier-Langueureau - 2014 - 19,90 € - à partir de 6 ans *** Coup de cœur***

Aucun commentaire:

Publier un commentaire