lundi 8 septembre 2014

Ma grosse truffe...


... ronfle plus fort que La Panthère noire de Pénélope Josse. Quand cette dernière chasse, les antilopes bondissent, les singes donnent l'alarme, tout le monde file à travers les herbes folles, les herbes sèches, les herbes jaunes. Tous les animaux ont peur de son allure noire, de ses yeux billes, de ses yeux jaunes. Mais tout à coup deux autres billes, des petits yeux ronds, des petits yeux noirs, des poils qui font baguettes, des poils qui sont des cheveux et toujours ces herbes jaunes, ces herbes sèches, ces herbes folles : "Mon Dieu ! Un humain!", un enfant avec pour seule arme un arc en jouet. Le face à face les surprend, doucement, tout doucement, chacun recule, chacun s'enfonce de son côté, herbes jaunes orangées, herbes bien rangées, chacun file, vite. Qui a eu le plus peur ? Qui a gagné ? Y a t-il un vainqueur ? Personne ne le saura jamais. A moins que tout le monde ne se range malicieusement du côté du Petit d'Homme. La panthère noir propose une très belle mise en scène dans des doubles pages à l'italienne dont les pleins et les blancs offrent charme, douceur et poésie dans une histoire accessible dès trois ans.
Ma grosse truffe aurait bien tendance à remettre au lendemain, toute chose possible, sauf peut-être, sa ration de croquettes. 
Procrastiner, comme cet élégant paresseux, celui qui est affalé sur sa branche en couverture du nouvel Escoffier/Giacomo. On verra demain. C'est ce que répond systématiquement ce paresseux peu importe ce qu'on lui demande, et ce depuis qu'il est tout petit. Ranger sa chambre, aller jouer avec ses copains, travailler, fonder une famille, rien ne le fait déloger de sa branche. " On verra demain" " On verra demain" " On verra demain". Mais quand les castors débarquent pour couper tous les arbres de la forêt, la donne n'est plus tout à fait la même. Encore moins quand ils s'en prennent au tout dernier arbre, le sien. Sans son arbre il risque de mourir, c'est sûr, pas question de remettre au lendemain le plan de secours. A moins que... ?
De splendides illustrations et de la malice sont à nouveau au rendez-vous de cet album signé par un duo que l'on a grand plaisir à retrouver dans un album qui ne donne pas la leçon !

*** Les références ***
* La panthère noire de Pénélope Jossen - L'école des Loisirs- octobre 2013
11,70 € - à partir de  3 ans.
* On verra demain de Michael Escoffier et Kris Di Giacomo Editions Kaléidoscope  - septembre 2014 -  13 € -  à partir de 3 ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire