mercredi 19 février 2014

L'orteil et le pompier...

Et tout à coup un cri immense retentit dans la maison.
Puis des hurlements.
Puis "maaaaaaaaaaaaaaaaammmmmmmmmmaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !
Je ne peux plus marcher le camion de pompier est tombé sur mon pied avec tous mes orteils dedans"
Et pleurs, pleurs, pleurs avec du cri, du cri, du cri dedans.

Le camion de pompier, c'est un camion playmo, assez gros pour faire sacrément mal.
Le pied va bien. Les orteils à peu près. J'ai regardé, ils n'étaient pas dans le camion de pompier mais bien au bout du pied. Ouf. Celui qui est un peu plus touché, c'est le gros, le rouge, le A, le 1, le do. C'est celui-là qui a morflé : pouce du pied, en fait. Sauf qu'on l'appelle pas comme ça, mais qu'on voit bien quand même duquel il s'agit quand on dit ça. Et ça a fait mal. On le sait aussi. Surtout qu'il a beau être gros, sur le pied d'un petit poussin de 4 ans, il est quand même petit. Et le camion, aussi rouge que l'orteil, plutôt gros et lourd, même s'il est playmo. Rassurez-vous, si j'écris sur le sujet c'est que la tempête est passée. En trois coups de cuillère à pot, à peu près. Parce que dans ces cas là, moi, après avoir vérifié que tout avait l'air en ordre, je fais diversion. Et sur ce coup (de camion de pompier) là, coup de bol, dans la boîte aux lettres, je venais de recevoir...
Les orteils n'ont pas de nom de Jean Leroy, illustré par Matthieu Maudet
et je venais de le lire en catimini, si si, à l'ouverture du colis. 

" - c'est celui-là, le rouge, qui te fait mal ?
- heerjjrhrhrhr ouiiiiiiiiiii rumfffffrrchpchi
- je crois qu'il n'est pas content non plus...
- heerjjrhrhrhr nonnnnnnn rumfffffrrchpchi
- tu sais pourquoi ?
- heerjjrhrhrhr parce qu'il a reçu le camiiiiiiion de pompiiiiiier sur la têêêêête rumfffffrrchpchi...
- un petit peu pour ça, mais là c'est passé. Et beaucoup parce qu'il n'a pas de nom. Attends moi là, je vais te chercher le livre qui explique bien mieux que moi cette histoire... 
- heerjjrhrhrhr ouiiiiiiiiiii rumfffffrrchpchi "

"Les doigts de la main ont tous un nom". Ce qui n'est pas le cas des doigts de pied. " Ce qui les rend très malheureux..." (moi qui pensais qu'ils étaient malheureux parce qu'ils étaient enfermés dans des chaussettes et des chaussures, non, non, ça n'a rien à voir!). Reprenons donc cette histoire de nom. Difficile de vraiment trouver un nom à leur donner, à ces doigts de pieds, il y a que le plus gros qui poeut bénéficier d'un pouce du pied, et encore. Heureusement, les premiers concernés, les doigts de pied donc, ont des idées plein la têt jusqu'au bout des ongles. L'un propose de nommer la bande par des lettres, l'autre par des chiffres, le troisième par des notes de musique, et ainsi de suite, mais jamais cela ne convient à l'ensemble des doigts de pieds qui répondent aux autres par un pied de nez et restent campés sur leurs positions (au bout du pied, donc). Et si finalement tout le monde s'accordait ? Ce ne serait pas si mal, un joyeux brouhaha, mais bien moins dense que nos hurlements de début de chronique. D'ailleurs, on n'y pense même plus à la douleur due à la chute. Par contre nous voilà quand même bien embêtés avec cette histoire de non noms de doigts de pieds. Et le temps d'y penser et d'y penser encore, je vais mettre un ***coup de cœur *** et un peu d'arnica. Un tout petit peu. Histoire de. Juste histoire de...

Editions L'école des loisirs - Collection Loulou et Compagnie,
juin 2013 - 9,20€ - à partir de 2 ans

Dans la même collection, retrouvez mes chroniques sur Le ça chroniqué Ici  et Papy chroniqué




Et puis, une fois n'est pas coutume, je vous envoie vers la lecture 
que fait Denis Cheissoux à un petit Jean-François Ici
Il raconte Tous à poil de Claire Franck et Marc Daniau au Rouergue, 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire