dimanche 11 novembre 2012

Un dimanche d'automne

C'est dimanche d'automne quand il pleut dans les coeurs, quand les feuilles tombent, celles des arbres, celles des blocs, de chêne ou des A4 qu'on gribouille, qu'on déchire, ou qu'on n'écrit pas. Ce dimanche d'automne, justement, on se dit qu'on n'est pas si seul(e) et on se rend compte, on le sait, qu'on l'est quand même si profondément. Ces dimanches d'automne, ils se déroulent peut-être tard le soir, ou le lendemain le lundi, à midi, à minuit le mardi. Ce dimanche d'automne, il a goût des ces phrases d'enfants "tu dors avec le chat comme il y a plus Papa". A peu de choses près. Car je ne dors pas avec le chat. Ce dimanche d'automne, il a les larmes qui montent, les oreilles qui bourdonnent, il a mal au ventre, la gorge serrée à moins qu'elle ne soit nouée. Ces dimanches d'automne il ne sera plus jamais là. Mais ce n'est pas tout à fait à lui que l'on pense. C'est à nous, c'est à soi, c'est à moi. Pour une fois.

4 commentaires:

  1. Si beau et triste cet article...Eh oui ,il y a les dimanches d'automne dans nos vies, souvent même, trop souvent...

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. je dirais bien vivement l'été tiens....

    RépondreSupprimer